Daytona USA en salle d'arcade. Que du bonheur !

[ Arrivage ] Road Trip pour un rêve de gosse

Salut à tous !

Comme vous le savez si bien, ma passsion pour les jeux vidéos ne date pas d’hier.

Depuis tout petit ( même si je n’ai pas forcément tant grandi que ça ^^ ), j’ai la chance de pouvoir baigner dans les consoles de jeux vidéos.

Commencant avec une Atari VCS2600 accompagné du jeu Snoopy, le grand tournant de ma passion restera le lieu de rassemblement de tout les joueurs de l’époque.

 

 

Un endroit bruyant, mélangeant une odeur de sueur et de tabac, un endroit où les joueurs s’entassaient, avec leurs pièces de 10 francs pour pouvoir s’adonner à jouer aux meilleurs jeux.

Oui, j’ai baigné dans les salles d’arcades depuis mon plus jeune âge.

Oui, j’ai connu le bonheur de pouvoir m’essayer aux gros jeux de l’époque, cette même époque où les jeux d’arcades dépassaient de très loin les jeux de consoles de salon.

L’époque du  » SEGA, c’est plus fort que toi  » prenait réellement tout son sens.

J’ai ainsi pu m’adonner aux joies du Daytona USA avec son volant à retour de force, et sa musique entrainante.

 

 

J’ai pu braquer, et contrebraquer comme un malade sur SEGA RALLY.

J’ai même découvert les joies de m’essayer au premier jeu de course en 3D, un certain Virtua Racing ( p’tit clin d’oeil à Cyril Drevet, le maitre de ce jeu ^^ )

 

 

Mais il y avait aussi des jeux totalement différent, où le plaisir de jouer était surtout sur l’expérience donnée au joueur, avec une immersion la plus totale possible.

Ainsi, les jeux de Guns ( Virtua Cop par exemple ) arrivèrent, ainsi que des jeux de Ski ( si, si, je vous assure ! ), et surtout un jeu qui m’aura marqué pour l’époque : WAVE RUNNER

 

 

Sorti en 1996, WAVE RUNNER, c’est un jeu de Jet Ski typiquement arcade, avec des sauts à tout va, et une immersion donnée au joueur vraiment totale puisqu’une version deluxe de ce jeu existait où vous vous posiez sur un vrai jet, piloté sur vérins pneumatiques, et doté d’un écran 50″

Des bras, il en fallait, car le retour de force prenait tout son sens, entre le jet qui réagissait avec les vagues, qui se levait lorsque nous prenions un tremplin, mais aussi que nous inclinions à droite ou à gauche pour prendre des virages un peu plus sérrés.

 

 

Une chose est sûr, c’est qu’après une partie de ce jeu, nous seulement graphiquement on en avait pleins les yeux ( Merci SEGA et son Model2 ), mais aussi pleins les bras ( Merci la force pneumatique de sauvage ^^ )… Avec une seule envie : remettre une autre pièce pour se relancer dans ce jeu de course atypique.

C’est d’ailleurs cette envie qui, 18 ans après la sortie de ce jeu, est revenu hanter mes esprits.

Et moi, quand j’ai un truc qui me travaille, faut que j’aille au bout des choses.

C’est ainsi que me voici parti en vadrouille à la recherche de ce morceau de l’histoire de l’arcade dominé par Maitre SEGA.

Après quelques ( centaines ?? ) coups de fils, une personne me rappelle ( un professionnel en plus ^^ ) et me propose d’aller dans ses locaux pour voir un petit peu ce qu’il s’y tramait.

C’est avec une certaine fébrilité que me voici entré dans ce local froid, humide, où nombres de machines se retrouvent entassées dans tout les coins… Avec ce fameux WAVE RUNNER, mis spécialement en route pour mes petits yeux.

 

 

Après une rapide course ( que j’ai perdu, pour changer ^^ ) nous concluons de la vente.

C’est donc avec des yeux d’enfants que je me retrouve propriétaire de cette machine, pouvant m’adonner à ce jeu quand je le veux, car OUI, J’AI UNE BORNE D’ARCADE CHEZ MOI !!!

 

 

L’arcade à la maison, je connais maintenant.

Mais ce qui est encore plus merveilleux dans cette histoire, c’est lorsque mes enfants ont vu le transporteur arriver, avec cet engin chargé, comprenant que c’était pour nous.

Ces étoiles dans leurs yeux, c’était un peu ( beaucoup ) moi quelques années en arrière.

Allez, je vous laisse profiter des photos de l’arrivage de la machine, et je vous souhaite un bon jeu à tous !