ant-man-2015-marvel-movie

[Critique] Ant-Man

Clairement, le personnage d’Ant-Man n’est pas le plus vendeur pour être adapté au cinéma. Voir un super-héros rétrécir et communiquer avec des fourmis pourrait vite paraître ridicule. Mais bon, intégrer le personnage dans le Marvel Cinematic Universe était quasiment obligatoire vu que Hank Pym (Le Ant-Man original !) était un des membres fondateurs à la création des Avengers dans les comics. Mais bon, Marvel à réussi à adapter avec brio un film où il y a un raton laveur avec une mitraillette et un arbre qui parle, donc bon, un film Ant-man, bah, pourquoi pas !

Personnellement, parmi les projets Marvel au cinéma, Ant-man était l’un de ceux qui me tentait le moins, jusqu’à l’annonce d’Edgar Wright aux manettes ! Si ce nom ne vous dit rien, sachez que le bonhomme est derrière la trilogie Cornetto (comprenant les films Shaun of the dead, Hot Fuzz et The World’s end !), l’excellente adaptation de Scott Pilgrim et aussi à l’origine de la série culte Spaced qui l’a fait connaitre avec ses potes Simon Pegg et Nick Frost. Bref, si vous avez vu ses films et sa série, vous savez alors que Wright est un geek dans l’âme, et qu’une adaptation de comics était clairement faite pour lui ! Personnellement, je me serais peut-être trompé, mais pour moi, avec lui derrière le projet, Ant-Man avait tout pour devenir l’un des meilleurs films Marvel ! Finalement, c’était trop beau pour être vrai, puisque Wright s’est barré en plein cours du projet, car sa vision du film n’était pas en accord avec celle de Marvel ! Et puis, la première bande-annonce sortie ne donnait pas spécialement envie. Mais bon, je suis un fan Marvel, donc je vais toujours voir les Marvel au cinéma.

Ant-Man-2015-9

(ATTENTION QUELQUES PETITS SPOILER PEUVENT APPARAITRE DANS LES LIGNES SUIVANTES !!!!)

L’une des premières choses qui avait tendance à me faire râler avec le film, c’est de nous présenter directement Scott Lang en Ant-Man, alors que le tout premier était Hank Pym (qui est aussi à l’origine de la création d’Ultron dans les comics, contrairement à Avengers 2 qui nous montrait que c’était une invention de Stark et Banner.). Au final, Hank Pym est ici le mentor de Scott Lang, et on nous le présente bien comme l’inventeur du costume. Le film à eu la plutôt bonne idée de nous montrer que Ant-Man existe depuis bien longtemps dans le MCU, mais qu’on ne l’a pas vue avant, car ces missions étaient top secrète.

Pour le rôle principal, on a le droit à Paul Rudd, un acteur que j’adore, car il m’a fait mourir de rire dans pas mal de comédies (dont Anchorman 1 et 2, deux films complètement CULTE !), mais bon, je l’avais encore jamais vu dans des rôles un peu plus sérieux. Faut avouer que ce n’est pas tâche aisé, car l’acteur doit incarné un personnage qui intégrera les Avengers par la suite, et qu’il devra se démarquer de personnalités comme Tony Stark, Steve Rogers et consorts. Au final, l’acteur s’en sort plutôt bien dans ce rôle d’ex-cambrioleur destiné à devenir un super-héros. N’oublions pas le grand Michael Douglas, parfaitement crédible dans le rôle de Pym, et la trop rare Evangeline Lilly s’en sort tout aussi bien.

ant-man-trailer-1

S’il y a un défaut avec les films Marvel (en dehors des films Avengers), c’est que vu que les films sont consacrés à un seul des Avengers, on a du mal à comprendre pourquoi l’équipe ne vient pas en aide au personnage. On pourrait citer Stark qui est, pendant un moment du film, considéré comme mort ou encore la bataille finale de Thor 2 qui se déroule en Angleterre. Difficile de croire que les Avengers ne viennent pas se mêler de ça. Ant-Man évite ça, tout simplement avec la phrase d’un personnage : « Ben, on a qu’à appeler les Avengers ?« , ce qui fait que la réponse donné ensuite explique pourquoi on ne les verra pas.

Finalement, Ant-man arrive à être crédible dans ses scènes d’actions (n’oublions pas que c’est un personnage qui fait la taille d’une fourmi, ça aurait pu paraitre ridicule très vite !) tout en étant fun ! Par exemple, on a les compagnons de Scott Lang qui l’aide dans ses braquages, cette bande, c’est le ressort comique du film. Souvent, ça peut être la partie énervante d’un film, au final, je me suis bien marré devant ce gang de bras cassé, notamment Michael Peña et son running-gag :« Je connais un mec, qui connaît un mec…« 

Un autre petit défaut du film, mais qui est assez commun dans les films Marvel : son méchant ! Le bad-guy du film ne marquera pas les esprits, on le verra comme un ennemi que Ant-Man a affronté, mais ça s’arrêtera là. À vrai dire, à part Loki et le soldat de l’hiver, on ne peut pas dire que les bad-guy dans les films Marvel ont marqué nos esprits.

En conclusion, Ant-Man est loin d’être le meilleur Marvel, mais il est loin d’être le moins bon aussi. Il équivaut au premier Iron Man, on ne l’attendait pas, et au final, il est très sympathique !

Note : 7/10

PS : Attention, il y’a 2 scènes post-générique, donc ne partez pas de la salle trop vite !

survivor-2015-british-american-spy-thriller-film-t2

[Test DVD] Survivor

Envoyé par Cinetrafic, je vous propose aujourd’hui le test du dvd du film Survivor, réalisé par James McTeigue.

Qualité image et son : 7/10

Au niveau de l’image, le dvd reste dans les standards du format et nous offre une qualité d’image plus que correct, même si, évidemment, on n’est pas sur du format HD.

L’audio nous propose de choisir entre une piste 2.0 mais aussi le traditionnel Dolby Digital 5.1. Évidemment, j’y ai préféré ce dernier format, et cette piste sonore reste très bonne et efficace.

bhbj

Film : 4/10

Même si Survivor est une sortie DTV (Direct-To-Video), le réalisateur qui se cache derrière ce film à déjà fait un long-métrage bien connu : c’était lui le réalisateur de V pour Vendetta ! Depuis, il à fait d’autres films un peu moins convaincant, comme Ninja Assassin ou L’ombre du mal et à récemment réalisé deux épisodes de la série des Wachowski : Sense8.

Le voilà donc avec sa dernière réalisation, un thriller d’espionnage avec un face-à-face entre Pierce Brosnan et Milla Jovovich.

Le film nous présente une employée du département d’état américaine (Milla Jovovich), qui se voit muté à l’ambassade de Londres, et qui va mettre son nez là ou il faut pas. Elle va se retrouvé accusé de crimes qu’elle n’a pas commis, tout en ayant un tueur à gages à ses trousses (Pierce Brosnan). Bref, vous l’aurez compris, l’histoire du personnage principal accusé à tort et d’un complot qui se trame derrière, ça à été déjà vu. Mais bon, c’est pas parce que c’est du déjà-vu que ça ne peut pas être un bon film. Malheureusement, si Survivor reste un film correct, il ne transcende pas le genre, et le face-à-face entre Milla Jovovich et Pierce Brosnan est relativement décevant.

Par exemple, le personnage incarné par Pierce Brosnan, on sait que c’est un tueur à gages, et qu’il est, forcément, engagé par les haut-placés pour faire le sale boulot. Mais on sent chez ce personnage, qu’il y a d’autres motivations, mais le film passe au déçu, et on ne saura jamais vraiment pourquoi il à commis certains actes.

sghfrsj

Mis à part Brosnan et Jovovich, on pourra retrouver les acteurs Dylan McDermott et Angela Basset (qu’on à pu retrouver, dernièrement, dans certaines saisons d’American Horror Story), ou encore Robert Forster. Malheureusement, tout ce casting, aussi bien les personnages principaux que secondaires, ne sert pas à grand chose tant le film passe au dessus de tout ses personnages.

Comme je l’ai dit plus haut, le scénario à déjà été vu ailleurs, mais on aurait pu s’attendre à des sursauts en cours du long-métrage, des cliffhangers, des climax de malade, bref, des éléments qui permettraient de rester scotché devant cette traque. Au final, ça n’arrive jamais, et le film reste trop traditionnel pour qu’on puisse resté scotché à notre siège.

Au final, Survivor ne s’avère n’être qu’un thriller d’espionnage sans grande originalité, à placer parmi les films à regarder un samedi soir, mais assez oubliable à côté de tous les films d’action de cette année qui sont sortis.

Bonus : 4/10

En terme de bonus, on n’aura le droit qu’à un making-of et des bandes-annonces, ça reste bien maigre pour tout ceux qui veulent en découvrir plus sur le film.

Édité M6-SND, disponible à la vente en Blu-ray et DVD depuis le 2 juillet 2015.

 

Road Trip pour un rêve de gosse 2 – Le retour de la suite

Salut à tous !

Aujourd’hui, je vais vous raconter l’histoire de mon dernier Road Trip.
Comme vous le savez tous, ma passion pour les jeux vidéos anciens ne datent pas d’aujourd’hui ( logique, ce sont des jeux anciens ^^ ).
Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours été bercé dans les couleurs bleues ciels de Tonton SEGA, et ce n’est pas aujourd’hui que je compte l’oublier.
Des salles d’arcades aux jeux de salons, en passant par la case portable ( GameGear, entre autre, et sa palette de piles AA aussi ), les jeux de maitre SEGA m’ont tout de suite plu sur un point : Le fun
Expert dans le domaine de l’arcade, SEGA nous aura habitué à vivre des expériences extraordinaires !
Preuve en est avec ma précédente trouvaille, une borne d’arcade SEGA WAVERUNNER DX, où je vous en parle ici.
Dernièrement, j’ai eu la chance de pouvoir discuter avec un passionné ( pire que moi, imaginez !! ) qui déstockait pas mal de ses appareils.
Après une loooongue ( très longue même, si je puis dire ) discussion entre nous, nous concluons un accord.

image

Me voici donc parti sur la route, un peu avant le ch’nord d’ailleurs, pour récupérer la bête.
Arrivé sur place, on discute ( encore ), et après avoir fait le tour de l’engin, nous concluons.

image

Ainsi arriva dans la famille la « petite » nouvelle : une borne d’arcade SEGA A.B COP
Ayant acheté la borne « en l’état », mais en toute connaissance de cause, me voici parti dans la phase remise en route : après une réparation de l’alimentation qui disjonctait, celle ci renait de ses cendres.

image

image

Et ce qui est génial dans l’histoire, c’est que j’ai chez moi un jeu que je ne connaissais pas du tout !
Donc non seulement j’ai une nouvelle machine, mais en plus je découvre, tel un gosse de 8 ans que je suis, un « nouveau » jeu !
A.B COP, diminutif de Air Bike Cop, est un mix entre plusieurs univers : Un flic, tout droit sorti de Judge Dredd, se la joue sur sa moto dans un jeu rappelant Hang On, le tout sous une ambiance à la Chase HQ.
Alors oui, les mauvaises langues diront que c’est un manque d’originalité ( alors que non, c’est un parfait mix de différent genres ).
Mais bon, je m’en fous, c’est du SEGA, et pour moi, les jeux de l’époque de SEGA sont plus fort que tout !
Sorti en 1990, sur le dernier système de l’époque, le SEGA X BOARD SYSTEM, A.B COP est un jeu de moto futuriste très dynamique, doté d’une pseudo 3D plutôt incroyable, avec une sensation de vitesse énorme
Suite au succès incontestable et incontesté du jeu Hang On, SEGA a je pense répondu au jeu Chase HQ par la sortie de son titre.
En effet, vous êtes un flic, de la brigade d’élite, et vous devez arrêter les pires criminels à bord de votre moto équipée d’un moteur sur vitaminé ( ben oui, 430 km/h avec une moto, c’est pas tout les jours que ça arrive )
Pour les stopper, rien de plus simple, il suffit simplement de les percuter de plein fouet pour faire exploser leurs motos ( ouais, de la délicatesse comme je l’aime )

Mais là où SEGA va plus loin, c’est qu’il va instaurer pour la première fois les Boss de fins de niveaux !
Et dans le domaine de l’arcade, ce n’était encore jamais arrivé : précurseur donc dans son domaine, ce jeu de course bourré de testostérones vous invite à courir le plus vite possible, en bourrinant à foison les adversaires, le tout ponctuée d’une bande son qui restera dans la tête ( et pour une fois, ce ne sont pas des chansons style Justin Bieber, où on préférerait se crever les tympans avec un hameçon plutôt que de devoir subir ces mélodies ^^ )
Cool, non ?
Et là où SEGA ira encore plus loin, c’est par l’ajout d’un bouton d’action supplémentaire sur le guidon : le saut !
Un bouchon ? pas de problèmes, passons au dessus 😀
Ce jeu possède donc bon nombres d’innovations et d’ajouts pour le mener, selon moi, au dessus du très bon CHASE HQ
Et ce n’est pas mon fils qui vous dira le contraire ( il m’a d’ailleurs donné un coup de main pour rebrancher l’alimentation, re-paramétrer le système, et surtout, SURTOUT,tester le jeu pour vérifier que tout est bon ^^ )

image

image

image

Allez, j’y retourne !

Bon jeu à tous, et n’oubliez pas : que le plaisir de jouer perdure face à l’adversité 😉

[Test DVD] Wolfcop

wolfcop-dvdEnvoyé par Cinétrafic pour vous en proposez un test, voici donc la chronique du film Wolfcop réalisé par Lowell Dean.

Qualité image et son : 6/10

Si l’on est désormais dans l’ère de la HD actuellement (d’ailleurs, le film à aussi le droit à une sortie blu-ray.), les dvd continuent de survivre, et la galette de ce Wolfcop arrive à nous offrir un transfert raisonnable, sans non plus nous en mettre plein les yeux. Si les scènes de nuits s’avèrent plutôt réussies, les scènes en plein jour montrent leurs limites, et il doit y avoir un ou deux plans un peu « pixelisé« . Mais bon, rien de quoi nous gâcher la vision, on n’est pas non plus dans de la qualité VHS.

Au niveau du son, ce n’est pas avec ce film que vous allez avoir des problèmes avec vos voisins, mais la piste sonore s’avère efficace quand il le faut.

maxresdefault

Film : 6/10

Quand on voit un tel titre, et une jaquette nous présentant un loup-garou habillé en flic avec un gros flingue, on se dit qu’on n’est pas en face du nouveau Citizen Kane, mais qu’on est surtout là pour se marrer. Le film surfe un peu sur la vague des films « Grindhouse » initié par Tarantino et Rodriguez avec Boulevard de la mort et Planète Terreur, et qui continua avec les Machete ou encore Hobo with a shotgun. En clair, des pitch débiles, qui ne se prennent pas au sérieux, avec leurs doses de gore, et qui rendent hommage au cinéma d’exploitation des années 70.

Pour le pitch, on a le droit à un flic bon à rien, qui passe sa vie dans la picole, jusqu’à ce qu’il enquête sur un étrange meurtre et qu’il se fasse attaquer. Il se réveille le lendemain en ayant d’étrange sens, et en découvrant qu’il est devenu un loup-garou.

Si le film assume totalement son côté « film de loup-garou au pays des rednecks« , il reconnaît quand même son côté horrifique en nous offrant quelques scènes de tensions ainsi qu’une bonne dose de gore.

RVB_DIVERS18-WOLFCOP

Malheureusement, Wolcop à un défaut : il ne dure qu1h15 ! Et cela pose un gros problème, car le film doit d’abord poser les bases de ses personnages, et du coup, les scènes délirantes avec le flic loup-garou sont très limitées ! Au final, on comptera seulement une longue scène ou le personnage sera en flic loup-garou pour faire la loi. Cette scène est absolument hilarante, crade comme il faut, et voir un flic loup-garou répondre au téléphone et noter sur une bloc-notes les crimes en court et à se pisser dessus !

14017888849_31a947314b_bOn passera sur la réalisation de téléfilm (c’est aussi ce qui fait le charme du truc !), mais Wolfcop ne va pas assez jusqu’au bout de son délire. Reste à attendre la suite, déjà annoncé dans le générique de fin.

En conclusion, Wolfcop est le film à sortir pour une bonne soirée entre potes pour se marrer, mais reste, malheureusement, trop limité dans son délire !

Bonus : 7/10

Pour ce genre de petit film, on aurait pu s’attendre à une édition sans bonus, finalement, Factoris Films ne s’est pas moqué de nous et nous propose pas mal de suppléments. Un bon making-of d’une quarantaine de minutes, le commentaire audio du réalisateur, des interviews, un bêtisier ainsi qu’un clip vidéo. Pour une fois qu’un éditeur ne se moque pas de nous au niveau des bonus, ça fait vraiment plaisir !

Éditeur Factoris Films, DVD et Blu-ray disponible depuis le 2 juin 2015

impLBP31

[Test] Little Big Planet 3

Il y a quelques années, Little Big Planet apparaissait sur playstation 3 et nous offrait un nouveau jeu de plateforme rafraichissant, tout en privilégiant la créativité des joueurs dans un outil de création de niveau très complet. Depuis, le Sackboy est devenu une mascotte de la Playstation. Nous voilà donc au troisième volet et à la nouvelle génération avec son arrivé sur PS4 (Mais il est aussi disponible sur PS3).

Les Sackboys sont toujours de la partie, mais une petite nouveauté vient faire son apparition avec l’ajout de 3 nouveaux personnages jouables, qui nécessitera de finir plusieurs quêtes avant de les débloquer. Ce petit ajout permet d’apporter un gameplay différent (chaque personnage à ses compétences propres.). Malheureusement, si ces personnages ajoutent un vent de fraîcheur dans la jouabilité de Little Big Planet, ils sont malheureusement sous-exploités. En effet, pour les débloquer tous, il faudra arriver à la fin du jeu, et si on pouvait se dire que ça pourrait permettre de refaire certains niveaux pour débloquer certains accès inaccessible jusqu’à présent, c’est malheureusement sous-exploité. Oui, on peut reprendre ces nouveaux personnages pour débloquer certains accès, mais c’est minimaliste. Dommage, car ces personnages permettaient un gameplay vraiment différent de ce que nous offre les Sackboys.

Finalement, si la promotion du jeu était surtout faite sur l’ajout de ces personnages, ce qui permet un vrai plus au jeu, ce sont les accessoires qu’on débloque pour le Sackboy (un casque-grappin, la balle téléporteur, etc.). Ce sont ces accessoires qui rajoute beaucoup au gameplay, là, on peut vraiment refaire quelques niveaux pour aller dans des endroits inaccessibles auparavant.

D’ailleurs, au niveau du gameplay, ça reste dans la constante des précédents volets, avec ce principe de jeu de plateforme sur plusieurs profondeurs, et c’est toujours aussi agréable à jouer. Malgré tout, la difficulté est bien là, et j’ai ramé sur certains passages. LBP 3 dispose toujours de cette ambiance unique, mélangeant un peu tous les styles. Au niveau de la BO, c’est de l’excellent boulot, on retrouve tous les genres suivant l’ambiance du niveau, allant même jusqu’à nous offrir quelques morceaux de vieux rock culte.

Graphiquement, s’il ne faut, évidemment, ne pas s’attendre à une claque graphique de la trempe de The Order, je trouve que c’est très limite ! Je ne dis pas que le jeu est moche, bien au contraire, mais on est sur un PS4, et les développeurs auraient pu s’attarder un peu plus sur les détails. Par exemple, il y a un niveau qui se passe dans la neige et en vue de dessus, on aurait pu avoir, au moins, les traces de pas du personnage ! On notera même quelques bugs de collision, en clair, je n’ai pas vu tourner la version PS3, mais je suis quasiment sûr qu’il n’y a aucune différence entre les deux versions !

Mais bon, tout l’intérêt d’un LBP réside dans sa communauté en ligne, et de certains niveaux impressionnants créés par les joueurs.

En conclusion, LBP 3 ne décevra pas les fans de la première heure, mais s’avère une déception pour son passage à la next-gen, et ses promesses tenu qu’à moitié.

BatWB-39b

[Expo][Visite Vidéo] Batman, sous le masque et la cape.

Bien le bonjour !
Il y a un peu plus d’un mois, je vous parlais de l’exposition Batman, sous le masque et la cape.

Je m’y suis rendu et je vais vous faire une petite visite, si vous n’avez pas la chance de pouvoir vous y rendre. D’abord les photos, puis une vidéo en fin d’article.

L’exposition présente environ 30 bustes de l’homme chauvesouris revisité par différents artistes :

Thomas Vhttp://www.thomasv.fr/
BatWBb

Arthur Platel X Jay StyleBatWB-4b

Arthur PlatelBatWB-6b

Toma Pegazhttps://www.facebook.com/pegaz.design
BatWB-5b

Mr Planthttp://www.monsieurplant.com/
BatWB-7b

Marianne Guedinhttp://www.dinguedeguedin.fr/BatWB-8b

Guillaume Sanchezhttps://www.facebook.com/sanchezguillaumechefBatWB-10b

C215http://www.c215.fr/C215/HOME.htmlBatWB-17b

Discrethttp://discret-photos.com/BatWB-13b

YmaShttps://www.facebook.com/ymasdesignBatWB-14b

Cyprien et Squeeziehttps://www.youtube.com/user/CyprienGamingBatWB-15b

Tibia Tibiahttps://www.facebook.com/2tibiasBatWB-16b

DipoBatWB-19b

Florian Marabuhttps://www.behance.net/florianmarabuBatWB-20b

Shanehttp://www.shanehello.com/BatWB-21b

Bastohttp://www.basto.book.fr/BatWB-22b

Janique Bourget et Patboun : http://www.janiquebourget.com/ http://www.patboun.odexpo.com/BatWB-23b

François HedinBatWB-24b

Carole Aussant Chimaerahttps://www.facebook.com/pages/ChimaeraBatWB-25b

Jérémy Schiavohttp://www.jeremyschiavo.com/BatWB-26b

Vincent Pompettihttps://pompetti.wordpress.com/BatWB-27b

Tarekhttp://tarek-bd.fr/BatWB-28b

Alena Gaponovahttp://alenagaponova.com/BatWB-29b

M.Chat : http://www.monsieurchat.fr/BatWB-32b

Minh Tahttp://minhta.fr/BatWB-36b

Valentin Ammannhttp://www.valentinammann.comBatWB-37b

Ideealizsehttp://ideealizse.fr/BatWB-43b

Hanaé Ciunihttps://www.facebook.com/hanae.ciuniBatWB-3b

Visite en vidéo :
( c’est ma première vidéo, donc pas « tip top », mais mieux que rien. :) )

 

Je ne sais pas si ce format vidéo vous plait, n’hésitez pas à me faire vos retours. :)

 

En bonus un circuit au couleur de Gotham city et un parquet que l’on voudrait tous avoir :

BatWB-30b

BatWB-34b