Tous les articles par Daxupit

A propos Daxupit

Geek touche à tout. J'ai commencé par les jeux vidéos, avant de manger des films et des séries, collectionner tout plein de trucs geeks , lire des comics et des mangas. Bref, je n'ai pas de domaine particulier, je vous parlerai donc d'un peu de tout selon l'actualité.

[Critique] La Belle et la Bête, Disney (2017)

Ceux qui me connaissent bien, savent que je suis grand fan du dessin animé de Disney « La Belle et la Bête » et que ma princesse préférée est donc logiquement Belle.


Aussi, j’attendais le film réalisé par les studios Disney avec grande impatience !
Vous me direz que j’avais déjà vu mon souhait de voir le film la Belle et la Bête réalisé mainte fois. Car c’est en effet le 7ème film portant sur le conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, le 3ème depuis l’adaptation dessin animé des studios Disney de 1991.
Et bien que le film de Christophe Gans (2014) ne soit pas mauvais (je ne parlerai pas du film de David Lister sorti en 2010…) et que le rôle de la Bête soit bien interprété par Vincent Cassel, je n’ai pas été convaincu par Léa Seydoux (que j’apprécie tout de même) car je trouve que le rôle de Belle ne lui colle pas particulièrement.
Alors quand j’ai vu l’annonce du film réalisé par les studios Disney, j’étais heureux de voir que mon dessin animé fétiche allait être adapté en prise de vue réelle !
Et qui plus est, avec Emma Watson dans le rôle de Belle !

Car je trouve qu’au-delà de l’actrice, la femme qu’elle est représente très bien le caractère et l’intelligence de la princesse du conte éponyme. Elle a d’ailleurs refusé le rôle de Cendrillon 4 ans auparavant, car l’image et les valeurs de cette princesse ne lui correspondaient pas.
Pour ce qui est de la Bête interprétée par Dan Stevens, je n’ai pas d’avis aussi tranché, mais j’ai été satisfait de sa prestation tant en Bête, qu’en Prince.

Et alors ? Est-ce que le film vaut le coup ?
Déjà dès le début, coup de frisson dans le dos en entendant les premières notes du prologue du dessin animé (Qui au passage n’est pas l’œuvre de Camille Saint-Saëns – Aquarium, mais tout de même l’inspiration principale).
J’ai vu le film en  Version Française (l’avant première que j’ai vu n’était qu’en VF) et première chose bizarre c’est lorsque l’on chante en même temps et que les paroles sont légèrement différentes du dessin animé, un peu perturbant au premier abord, mais cela change un peu malgré tout, ça ne fait pas de mal. Du coup, j’ai hâte de retourner le voir en Version Originale pour comparer ce point.
Concernant les décors, j’ai été transporté dans ce conte de la plus belle des manières ! C’est superbe et même si quelques points diffèrent (je parle encore une fois en comparaison avec le dessin animé) on se sent de nouveau dans le village de Villeneuve !


Seul point qui m’a un peu chagriné, Maurice le père de Belle n’est pas montré comme un inventeur farfelu comme il devrait l’être. Pour le reste, que de bonnes surprises. Les personnages collent parfaitement à ceux du dessin animé. Les robes de Belle sont fidèles également, on note malgré tout quelques changements qui se comprennent parfaitement et collent bien avec le style de Belle. Je préfère tout de même la jolie robe jaune du dessin animé, mais il faudrait être bien difficile pour ne pas apprécier celle du film.
Il y a également quelques scènes supplémentaires par rapport au dessin animé qui ajoutent encore plus de profondeur à l’histoire et d’attachement à certains personnages.
Bref, malgré quelques petites choses, cette adaptation est fidèle au plus haut point à la version dessin animé et j’en suis le premier ravi.
Si tout comme moi vous avez aimé le dessin animé « La Belle et la Bête » de Disney, je vous conseille de foncer le voir si ce n’est pas déjà fait ! Et si vous n’avez pas vu le dessin animé, je vous le conseille chaudement également ! Quant à moi, il faut que je retourne le voir en VO pour vous apporter de nouvelles précisions.

La note que je donne à ce film est 9,5/10, il s’en est fallu de peu pour que ce soit une perfection pour moi.

[Test] Horizon Zero Dawn – PS4

Bonjour, ici Daxupit !
Me voici de retour plume à la main avec le dernier né des studios Guerrilla Games ( Créateur de la série « Killzone » ) j’ai nommé Horizon Zero Dawn. 


Annoncé lors de l’E3 2015, il m’avait fait de l’oeil, mais je ne m’étais pas trop penché dessus. Un ami l’attendait avec impatience, je me suis dit que je verrai le jeu quand j’irai le voir. Mais j’ai eu l’agréable surprise de recevoir un code pour télécharger le jeu.
Et autant entrer dans le vif du sujet, si j’avais testé ce jeu chez mon ami, je l’aurai acheté.

Commençons par l’histoire.
Dans Horizon Zero Dawn, nous sommes projetés 1000 ans dans le futur où la nature a reprit ses droits et où les humains vivent en tribu cohabitant avec de mystérieuses machines plus nombreuses chaque année.  Chaque tribu a ses rites et règles. Dans la tribu des Noras, toute action qui va à l’encontre des règles est punie par l’exclusion de la tribu. Les personnes exclues sont qualifiées de paria. Si je vous parle de cela, c’est que nous incarnons dans ce jeu « Aloy », paria de naissance. Notre but, va être de découvrir qui sont ses parents ? Pourquoi est t-elle une paria ? D’où proviennent toutes ces machines plus nombreuses d’année en année ? Des questions qui vont nous amener à découvrir ce vaste monde peuplé de machines, de bêtes et d’humains en tout genre. 

Le monde puisqu’on en parle est un délicieux mélange de nature, de ruines et vestiges de l’ancien monde. Les explorateurs auront des tas d’objets à retrouver, les aventuriers des tas de quêtes à effectuer, les chasseurs des tas de bêtes et machines à tuer, il y en a pour tous les goûts ! Les paysages sont magnifiques et un mode photo est d’ailleurs présent pour capturer les plus beaux clichés possible. Réglage du champ de vision, de la profondeur de champ, de distance focale, l’ouverture, la luminosité, l’exposition, la teinte, l’heure du jour (génial pour jouer avec les effets de lumière du soleil ou de la nuit ! ), le vignettage et enfin la possibilité de mettre un cadre et/ou logo du jeu. Voici quelques exemples : 

 

Après ces belles images parlons gameplay. Il faut d’abord commencer par le fait que l’on ne commence pas avec notre héroïne qui est préparée à affronter tous les danger dès le début du jeu. Le didacticiel nous ramène dans son enfance et il est très important pour comprendre où Aloy trouve toute sa force et sa détermination ainsi que sa place dans ce monde. On apprend également par quel moyen Aloy arrive à percevoir les faiblesses de ses ennemis et en tirer profit. Mais elle n’a pas qu’une corde à son arc ! Oui, en effet, Aloy maîtrise l’arc, mais également d’autres armes qu’elle récupérera au fil de ses aventures pour prendre le dessus sur les machines toujours plus difficiles à abattre les unes que les autres. En ce qui concerne l’artisanat, c’est très simple, ce dernier permet de modifier nos armes et nos tenues ainsi qu’agrandir nos différents sacs et carquois. De quoi ne pas perdre trop de temps et rester au cœur de l’action.


Je ne voudrais pas trop vous en dire plus pour vous laisser le plaisir de découvrir l’intrigue et les mécanismes de ce jeu aux décors magnifiques et que j’ai hâte de retourner voir une fois cet article terminé.

Si je devais lui donner une note, je dirai 8.5/10 

J’ai hâte d’avoir votre retour également ! 🙂

[Event] Showeb série 2016

Bonjour à tous !

J’écris cet article bien tard. Je vais revenir pour vous sur le Showeb série 2016 qui a eu lieu le 12 janvier dernier.
Premier du nom, cet événement est destiné aux journalistes et blogueurs, organisé par Le film français, en partenariat avec NewCast et Série Mania. L’occasion pour les diffuseurs de nous présenter leurs contenus à venir.
Les diffuseurs présents étaient : OCS, Studio+, Syfy et 13ème rue, Arte et TF1. Quelques absents de poids, Netflix, Canal+ (seulement présent avec Studio+) et France télévision.

C’est OCS qui ouvre le bal avec :
Les grands: Une série de Vianney Lesbasque (Les petits princes) qui nous fera suivre une bande de collégiens au quotidien avec les soucis et interrogations de leur age.
Open Space : série de science fiction avec comme inspiration : Les Gardiens de la Galaxie, Seul sur Mars, Interstellar.
La bouse : Comédie déjantée traitant de l’agriculture.
José : Le retour de Jésus sur Terre 10 jours avant la fin du monde pour remettre  de l’ordre et il commence par changer de prénom en se faisant appeler José.
Irresponsable : Dramédie mettant en scène un trentenaire de retour chez sa mère qui va devenir pion dans son ancien collège et redécouvrir son amour d’enfance et apprendre qu’il est papa.
In America : la troisième saison.
Chaplin à Bali : documentaire sur Charlie Chaplin en manque d’inspiration qui part pour Bali.
Du coté série US :
Vinyl : série Rock’n’roll de Martin ScorseseMick Jagger et Terence Winter. New-york dans les années 1970, le label musical American Century record se meurt, le directeur va tout mettre en oeuvre pour le faire perdurer. Dès le 15 février sur OCS.

Ash versus evil dead : la suite de la saga Evil Dead par Sam Raimi.
Kingdom : la saison 2 où l’on suit une famille de Los Angeles qui évolue dans les arts martiaux.
Blunt Talk : série mettant en scène Patrick Stewart (Professeur X dans X-men) où il incarne un journaliste anglais qui a pour mission de donner des conseils aux américains, mais ses décisions à l’antenne ne sont pas des meilleurs.
The walking dead : La saison 6.
Turn : En 1776, un fermier est recruté par des amis d’enfance pour former un groupe d’espion qui inversera le court de l’histoire américaine dans son combat pour l’indépendance.
Girlfriend experience : les relations d’une call-girl avec ses clients ce n’est pas toujours évident.
Westworld : Série d’anticipation produite par JJ Abrams avec Anthony Hopkins. L’action se déroule dans un parc d’attraction peuplé de robots qui proposent au visiteurs de revivre plusieurs époques. Enfin, la technologie nous réserve parfois des surprises.
Girls : la saison 5 diffusée dès le 22 février sur OCS.

C’est Studio + qui prend la suite.

Studio + est l’une des branches de Canal + dont l’objectif va être de proposer plein de mini-séries adaptées aux mobiles. Tel que :
Brutal, a taste of violence : Une série composé d’épisodes de 5 minutes mettant en scène David Belle (Banlieue 13) avec du sang et de la baston.
Et plein d’autres à venir.

Syfy et 13ème rue continue avec :
Killjoys : Une équipe de chasseurs de prime chargé de capturer des criminels dans le système planétaire. dès le 16 février sur Syfy.
Heroes Reborn : La suite de la série Heroes où l’on retrouve avec joie les personnages de la première saison. (perso, je suis fan ! )
Les chroniques de Shannara : Série adaptée du roman de Terry Brooks produite par Jon Favreau. Dans le style héroïque fantaisie, cette série nous plonge dans un monde fantastique ou l’Ellcrys, un arbre protecteur commence à perdre ses feuilles signes que les démons sont de retour. Allanon le dernier druide se réveille (et il est Badass !).  diffusé sur Syfy depuis le 12 janvier.

Dig : Un agent du FBI enquête à Jérusalem sur le meurtre d’une archéologue, il va mettre à jour une conspiration vieille de 2000 ans qui pourrait changer le court de l’histoire.

Arte enchaîne avec :
Trepalium : Dans un futur proche, les actifs et non actifs sont séparés par un mur. Le gouvernement sentant des tensions, propose une loterie pour que 10 000 sans emploi passent le mur.
A ne pas manquer ! Une bonne série française à venir ! 🙂
Vous pouvez d’ailleurs vous rendre sur trepaliumjournal.arte.tv pour découvrir l’envers du décor raconté par un non actif. Diffusé dès le 11 février sur Arte.

Wolf Hall : Cette série narre l’ascension de Thomas Cromwell à la cour d’Henri VIII.
Peaky Blinders : en 1919, à Birmingham, la famille Shelby surnommée les Peaky Blinders, est redoutée de tous. Campbell, nouveau chef de police à pour mission de nettoyer la ville.
Jordskott : Sept ans après la disparition de sa fille, l’inspectrice Eva Thörnblad n’a pas encore fait son deuil. Quand elle apprend qu’un jeune garçon vient de disparaître dans la même forêt que sa fille, Eva décide de retourner dans sa ville natale afin de faire la lumière sur cette enquête.

TF1 termine avec des séries françaises :
Mortus Corporatus : Saison 2 qui nous propose de suivre Gaspard un faucheur de la mort Inc, chargé de tuer les cibles de la grande faucheuse, mais pas si simple quand on est maladroit. La saison 1 est disponible ici => mortuscorporatus.com , ça se regarde assez vite et c’est sympa ! 🙂
Le secret d’Elise : Cette série met en scène une famille emménageant dans une maison hantée par le fantôme de la petite Elise, décédée en 1969. Nous allons suivre l’histoire en 1969, 1986 et 2013, en faisant un saut d’une époque à une autre de manière habile et captivante.

-Sam : Une mère de famille célibataire prof de français déjantée incarnée par Mathilde Seigner. Avec en parallèle de la série du transmédia avec « Sam’stress » parodie de vidéo Youtube par les fils de Sam.

La main du mal : Un avocat défend un assassin (interprété par Joey Starr). Après la victoire il refuse de serrer la main de son client qui lui fera payer en tuant sa femme.

Clem : 5 nouveaux épisodes de la série à venir.

RANDOM_SAISON_01
Random : Coup de cœur découvert lors de ce showeb, sur une image de la VOD du site MyTF1. Random est une websérie financé sur Ulule qui petit à petit commence à se faire connaître. J’ai regardé toute la saison 1 d’une traite et j’ai hâte de voir la saison 2 (en préparation).
Dans cette série on suit six individus confrontés à un phénomène étrange qui les empêche de quitter l’appartement dans lequel ils se sont retrouvés.
Simple sur le papier, mais le scénario est bien creusé. J’ai adoré !
Épisodes de la saison 1 disponible sur le site tout neuf : randomlaserie.com

Puis pour finir avec TF1, les série US :
Person of interest : la nouvelle saison
Les Expert : Cyber : Les experts version cybercriminalité.
Les mystères de Laura : La série suit  une policière en attente de la finalisation de son divorce et qui essaie de mener de front travail et vie de famille comme mère célibataire de fils jumeaux. Pas facile, quand votre supérieur est aussi votre futur ex.
Blindspot : Une jeune femme couverte de tatouages mais totalement amnésique est découverte dans un sac de voyage, au beau milieu de Time Square. Chacun de ses tatouages est en réalité un indice, qui renvoie à un crime que le FBI a intérêt à élucider au plus vite.

Gotham : Nouvelle saison de la série basée sur les personnages des comics et plus spécifiquement ceux de James Gordon et Bruce Wayne.
DC’s legends of tomorrow : Rip Hunter, un agent faisant partie de la confédération des maîtres du temps est envoyé dans le passé pour recruter un groupe de super-héros et de super-vilains capable d’affronter une menace planétaire. Ce groupe est composé de Captain Cold, Heat Wave, The Atom, Hawkgirl, White Canary et Firestorm.
Lucifer : Le fils de Satan s’ennuie en enfer et décide de prendre congés et de partir à Los Angeles. Alors qu’une pop star se fait abattre sous ses yeux, il mène l’enquête avec une femme qui résiste étrangement à ses charmes.

[Critique] Nous trois ou rien

Beaucoup d’entre vous connaissent probablement la série Bref.

Si vous ne connaissez pas, voici un épisode de rattrapage :

Nous y retrouvons Kheiron avec sa fameuse réplique : Baise laaaaaaaa !

Et bien le film dont je vais vous parler aujourd’hui (dont il est le réalisateur) nous narre l’histoire de ses parents. On commence par suivre Hibat (son père) joué par Kheiron lui même, Iranien opposant à la politique du Chah (le souverain d’Iran) qui va être contraint de quitter son pays avec sa femme et son bébé. Leur périple les amènera en France dans les années 1980 où ils vont se reconstruire une vie dans une cité de la banlieue Parisienne.

Découvert lors du Showeb de rentrée, j’étais curieux de découvrir ce premier film de Kheiron. Et ma curiosité a été largement récompensée ! Quelle claque ! Kheiron ne peut pas faire de plus bel hommage à ses parents je pense. Nous trois ou rien est un film qui fait du bien ! Émouvant, drôle, intelligent, positif sont les premiers mots qui me viennent à l’esprit pour décrire ce film. Je vous conseille de foncer le voir ! Le casting est tout aussi génial que le film : Leïla Bekhti, Gérard Darmon, Zabou Breitman, Kyan Khojandi, Alexandre Astier, … la liste est longue ! Regardez juste l’affiche du film, les 3 personnages principaux entourés de tous les autres qui ont chacun leur importance. J’ai adoré Farida Ouchani également (sur une scène en particulier, mais je ne vais pas vous spoiler. )

nous3ourien

Kheiron devrait retourner sur scène prochainement, avec son humour bien à lui. D’ailleurs il le dit lui même :

« Je mets quiconque au défi de me dire que le film a été réalisé par Kheiron de Bref qui dit « Baise laaaaaaaa!!! ». « 

Et en effet, ce n’est pas le même Kheiron. J’aime bien les deux facettes de cette personne. Alors j’attends de le revoir sur les planches, mais également derrière la caméra ! 🙂

Je vous laisse, je dois retourner le voir, on se retrouve au cinéma ?
Et n’oubliez pas en le regardant que c’est une histoire vrai, tout est vrai. Ça change vraiment tout au film.

Ma note : 9/10

[critique] En mai fais ce qu’il te plaît

mai
Sortie le 4 novembre dernier (2015 hein ! On ne sais jamais) ce film basé sur des témoignages et des récits historiques nous amène à suivre les habitants du village « Le Bucquière » près d’Arras en Mai 1940, contraint de quitter leurs maisons pour se rendre à Dieppe. Plusieurs personnages viendront se greffer et nous aurons plusieurs petites histoires à suivre dans la trame principale. Nous suivrons donc Hans, un résistant Allemand qui a fuit son pays accompagné de son fils Max. Également Percy, un soldat écossais qui essaie de rejoindre l’Angleterre. Et bien entendu les habitants du village qui doivent partir sur les routes pour tenter d’échapper aux Allemands.

Alors, autant vous le dire de suite, ce n’est clairement pas le genre de film que je regarde habituellement. Je me suis dit que ce film allait être long quand j’ai vu la durée : 1 heure 54.
Je me trompais, je n’ai pas vu le temps passer. Le film est bien écrit, même si on peut faire quelques reproches sur certaines scènes pas forcément crédible (mais c’est aussi ça la magie d’un film. 🙂 ). En dehors de l’histoire les paysages sont agréables et l’ambiance musicale également grâce au talent d’Ennio Morricone.

Ma note pour ce film est de 6,5/10 .

[Event] Showeb de rentrée 2015

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je vais vous faire mon retour du Showeb de rentrée 2015 !
Pour commencer, le Showeb c’est quoi ? C’est une convention dédiée aux professionnels du web permettant de rencontrer plein de distributeurs tel que Pathé, Gaumont, EuropaCorp, Universal, Disney et j’en passe ! Afin que ces derniers nous dévoilent leurs films à venir prochainement ou sur le plus long terme. C’est le premier Showeb auquel le site Press-select était convié. Et une fois sur place on se rend compte que les distributeurs croient beaucoup à la communication via les indépendants sur internet, ça fait plaisir !

Je vais donc vous parler des films présentés tout au long de cette journée, mais sans trop entrer dans les détails pour certains car les images que nous avons pu voir ne sont pas forcément conformes au rendu final car encore en court de post production. Mais n’ayez crainte, je compte bien vous parler de tout ça le moment venu ! 🙂

C’est donc Pathé qui ouvre le bal avec :

Camping 3 : comédie de Fabien Onteniente avec Franck Dubosc. Le retour de Patrick au camping des flots bleus.

Retour chez ma mère : Comédie de Eric Lavaine avec Alexandra Lamy, Josiane Balasko, Mathilde Seigner et Jérôme Commandeur. Stéphanie doit retourner vivre chez ses parents. Elle est d’abord confrontée à une mère aimante mais envahissante puis à ses frères et sœurs qui font ressurgir les rancœurs du passé.

Cowboys : Drame de Thomas Bidegain (De rouilles et d’os, La famille Bélier) avec François damiens dans le rôle d’un père cherchant sa fille disparue.

Les suffragettes : Drame historique avec Carey Mulligan, Meryl Streep et Helena Bonham Carter. Film sur le combat pour l’obtention du droit de vote des femmes en 1912 en Angleterre.

Marseille : Comédie de kad Merad avec Kad Merad et Patrick Bosso.

Les saisons : Documentaire de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud.

Les Tuches 2 – Le rêve américain : Comédie d’Olivier Baroux avec Jean-Paul Rouve, Isabelle nanty et Claire Nadeau.

_________________________________________________________________________

Puis vient le tour d’Urban Distribution avec :

Beijing : Drame de Pengfei Song sur la « ville souterraine ».

My skinny sister : comédie dramatique de Sanna Lenken. Stella, 12 ans, rondelette et pas très sportive, voudrait ressembler à sa grande soeur Katja que tout le monde admire. Mais celle-ci cache un secret que Stella va découvrir et qui va bouleverser leur complicité.

Men and chicken : comédie dramatique d’Anders Thomas jensen.

_________________________________________________________________________

Pretty Pictures ensuite avec :

Made in France : Thriller de Nicolas Boukrief sur l’infiltration d’un journaliste, au sein d’une organisation terroriste qui va créer une cellule sur Paris. Film écrit il y a 4 ans suite à l’affaire Mohammed Merah et qui est aujourd’hui au coeur de l’actualité avec l’attentat de Charlie Hebdo en janvier 2015.

_________________________________________________________________________

Place ensuite au grand Universal Pictures avec :

Steve Jobs : Biopic de Danny Boyle avec Michael Fassbender, Kate Winslet et Seth Rogen sur la vie de Steve Jobs. Au premier abord, il me paraît mieux que Jobs sortie en 2013 avec Ashton Kutcher, je vous en reparlerai surement.

The Danish girl : Drame de Tom Hooper avec Eddie Redmayne et Alicia Vikander mettant en scène  Lili Elbe, née Einar Wegener, l’artiste danoise connue comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930.

Ave César : comédie des frères Joel et Ethan Coen avec George Clooney, Josh Brolin, Tilda Swinton, Scarlett Johansson, Channing Tatum et Jonah Hill.

Comme des bêtes : film d’animation du studio Illumination (Moi, moche et méchant) où l’on découvre la vie de nos animaux une fois que l’on quitte notre domicile.

Babysitting 2 : comédie de Nicolas Benamou et Philippe Lacheau avec Philippe Lacheau, Alice David, Vincent Desagnat, tarek Boudali, Christian Clavier et Jérôme Commandeur.
On y retrouve la même bande que dans Babysitting, mais au Brésil, ça promet !

Warcraft : film tiré de la licence de Blizzard. Nous avons eu la chance de voir quelques minutes, je vous en reparlerai prochainement.

_________________________________________________________________________

Vient ensuite le tour du second géant, Disney avec :

Au royaume des singes : documentaire Disney nature narré par Claire Keim qui vous propose de suivre des macaques à toque.

Le voyage d’Arlo : film d’animation des studios Disney Pixar avec un speech simple => Si l’astéroïde qui a anéantie les dinosaures avait juste frôlé la Terre ?

Mon maître d’école : documentaire de Emilie Thérond, produit par François-Xavier Demaison sur le quotidien de la dernière année d’enseignant de Mr Burel, un maître pas comme les autres.
mr burel
Le monde de Dory : film d’animation des studios Disney Pixar qui se concentre sur Dory le poisson chirurgien bleu à la mémoire très courte déjà vu dans Le monde de Némo.

Captain America – Civil War : le premier film de la phase 3 de l’univers Marvel.

Dr Strange : second film de la phase 3 de l’univers Marvel.

Le livre de la jungle : adaptation en film du livre de Rudyard Kipling par le réalisateur Jon Favreau.

Zootopie : film d’animation de Byron Howard et Rich Moore se déroulant à Zootopie, une ville divisée en plusieurs quartiers où il n’y a que des animaux.

Star Wars – Le réveil de la force : je pense qu’il n’y a pas besoin de le présenter ? Prochain volet de la saga Star Wars réalisé par J.J. Abrams.

_________________________________________________________________________

EuropaCorp a continué avec :

Shut In : thriller de Farren Blackburn avec Naomi Watts. Veuve et psychologue pour enfants, une femme doit sauver un jeune garçon d’une terrible tempête de neige.

Arrêtez-moi là : drame de Gilles Bannier avec Reda Kateb et Léa Drucker. Chauffeur de taxi à Nice, Samson , la trentaine, charge une cliente à l’aéroport. Le soir même, la fille de cette femme disparaît et des preuves accablent Samson. Comment convaincre de son innocence ?

Encore Heureux : comédie de Benoît Graffin avec Edouard Baer et Sandrine Kiberlain.

Nine Lives : comédie de Barry Sonnenfeld avec Kevin Spacey qui va se retrouver dans la peau de son chat.

The nice guys : film policier de Shane Black avec Ryan Gosling, Russell Crowe et Kim Basinger. Los Angeles dans les années 70, Jackson, un ex-alcoolique, et Holland, détective privé adepte de la bouteille et sans le sou, enquêtent sur le louche suicide d’une ex star du cinéma porno.

The lake : thriller de Steven Quale où l’on suivra une équipe de Navy Seals chercher un trésor dans un lac en Serbie.

The warrior’s gate : action, fantastique réalisé par Matthias Hoene, scénarisé par Robert Mark Kamen et Luc Besson. Un jeune gameur est magiquement transporté en chine et apprend à convertir ses talents dans les jeux vidéos dans celle du kung fu.

Valerian : prochain film de science fiction de Luc Besson qui nous transportera dans la cité intergalactique Alpha peuplée de milliers d’espèces différentes. Et d’ailleurs, Luc Besson lance un concours pour que votre costume apparaisse dans une scène du film, alors si vous avez un visuel que vous avez toujours rêvé de voir dans un film à gros budget, foncez ! 🙂

_________________________________________________________________________

Vient le tour de Légende Distribution avec :

La tour 2 contrôle infernale : comédie de Eric Judor avec Eric Judor et Ramzy Bedia. La génese de La tour monparnasse infernale. Ernest et Bachir, deux brillants pilotes de l’armée française se retrouvent bagagistes à Orly après avoir perdu de leur potentiel intellectuel après une erreur de test de centrifugeuse.

L’idéal : comédie de Frédéric Beigbeder avec Gaspard Proust et Audrey Fleurot. Vous vous rappelez d’Octave dans le film 99 francs ? Il n’est pas mort, il est de retour dans L’idéal dans la peau d’un chasseur de mannequin sous les traits de Gaspard Proust (Jean Dujardin précédemment).

_________________________________________________________________________

On continue par Bac Film avec :

Taj Mahal : drame de Nicolas Saada. Louise a dix-huit ans lorsque son père doit partir à Bombay pour son travail. En attendant d’emménager dans une maison, la famille est logée dans une suite du Taj Mahal Palace. Un soir, pendant que ses parents dînent en ville, Louise, restée seule dans sa chambre, entend des bruits étranges dans les couloirs de l’hôtel. Elle comprend au bout de quelques minutes qu’il s’agit d’une attaque terroriste.

Où sont les femmes : comédie de Diane Kurys avec Sylvie Testud, Fred Testot, Josiane Balasko, Antoine Duléry et François-Xavier Demaison. C’est dans l’enthousiasme que Sybille, actice reconnue, démarre l’écriture de son premier film. Tout semble lui sourire. Ses productrices Brigitte et Ingrid sont deux personnages loufoques mais attachants et Sybille se jette avec elles dans l’aventure, mettant de côté sa vie familiale. Mais, du choix improbable des actrices, aux réécritures successives du scénario, en passant par les refus des financiers, le rêve merveilleux va se transformer en cauchemar.

Free love : Biopic Dramatique de Peter Sollett avec Julianne Moore, Ellen Page et Steve Carell. Ce film film décrit le combat d’une femme homosexuelle atteint d’un cancer qui se bat pour que sa partenaire obtienne une pension après sa mort.

Le grand Jeu : thriller de Nicolas Parisier avec Melvil Poupaud, André Dussolier et Clémence Poésy. Pierre Blum, un écrivain de quarante ans qui a connu son heure de gloire, rencontre, un soir, sur la terrasse d’un casino, un homme mystérieux, influent dans le monde politique, charismatique et manipulateur, il passe bientôt à Pierre une commande étrange qui le replongera dans un passé qu’il aurait préféré oublier et mettra sa vie en danger.

Je ne suis pas un salaud : drame de Emmanuelle Finkiel avec Nicolas Duvauchelle, Mélanie Thierry et Driss Ramdi. Ce film nous narre l’histoire d’Eddie qui se fait agressé puis désigne à tord Ahmed qui ira en prison bien qu’il soit innocent. Plus tard, Eddie prend conscience de la gravité de son acte et va tenter de rétablir la vérité.

Soleil de plomb : drame de Dalibor Matanic nous présentant trois histoires d’amour se déroulant respectivement en 1991, 2001 et 2011 dans deux villages des Balkans.

Vendeur : comédie de Sylvain Desclous avec Gilbert Melki et Pio Marmai. Serge, un des meilleurs vendeurs de France, a tout sacrifié pour sa carrière, ses amis, ses femmes et son fils, Gérard. Mais un jour Gérard lui demande un travail pour financer les travaux de son futur restaurant et finalement, il se découvre également ce don.

Land of mine : film de guerre de Martin Zandvliet où l’on suit de jeunes prisonniers de guerre allemands utilisés pour déminer des champs de mine. Poignant.

_________________________________________________________________________

Au tour de Rezo Films avec :

Je compte sur vous : comédie dramatique de Pascal Elbé avec Vincent Elbaz, Julie Gayet, Zabou Breitman et Ludovik. On suit Gilbert Perez qui use de subterfuges pour manipuler ses victimes et récupérer de l’argent, mais cela le mènera à sa perte.

_________________________________________________________________________

Sophie Dulac Distribution prend la suite avec :

Alias Maria : drame/guerre de José Luis Rugeles Gracia. On suit Maria enfant-soldat de 13 ans.

Francofonia : drame de Alexandre Sokourov. Et si en 1940, dans le flot des bombardements, la guerre emportait les plus grandes oeuvres du musée du Louvre ? Que serait Paris sans le Louvre ?

Le bois dont les rêves sont faits : documentaire de Claire Simon sur le Bois de Vincennes.

Love and friendship : comédie dramatique de Whit Stillman. A la fin du 18e siècle, Lady Susan Vernon, veuve, rend visite à ses beaux-parents pour couper court aux rumeurs courant à son sujet. Elle décide de se trouver, ainsi qu’à sa fille, un mari.

Le temps des rêves : drame de Andreas Dresen. Allemagne de l’Est. Dani et sa bande ont grandi dans l’utopie socialiste de la RDA. Adolescents à la chute du Mur, ils vivent au rythme de la techno, de leurs rêves débridés et des allers-retours au commissariat.

Elser, un héros ordinaire : drame historique de Oliver Hirschbiegel mettant en scène Georg Elser qui place une bombe dans une brasserie où a lieu un discours de Hitler, cette dernière explose quelques minutes après le départ de celui-ci. Rattraper, Georg est soupçonné de faire partie d’un complot par les Nazis.

Le dernier jour d’Yitzhak Rabin : thriller historique de Amos Gitaï avec Tomer Sisley. Ce film est un thriller politique portant sur l’assassinat d’Yitzhak Rabin le 4 novembre 1995 par un étudiant juif religieux d’extrême droite.

_________________________________________________________________________

Vient à nous Jour 2 Fête avec :

Madame Bovary : drame de Sophie Barthes. Inspiré du roman de Gustave Flaubert.

Pauline s’arrache : documentaire de Emilie Brisavoine avec Pauline sa demi-soeur. Tourné dans un style amateur, ce film est un genre de télé réalité.

_________________________________________________________________________

SND arrive après avec :

Les 8 salopards (The hateful 8) : western de Quentin Tarentino avec Samuel L. Jackson, Kurt Russell, Jennifer Jason Leigh et Walton Goggins. Après la Guerre de Sécession, huit voyageurs se retrouvent coincés dans un refuge au milieu des montagnes. Alors que la tempête s’abat au-dessus du massif, ils réalisent qu’ils n’arriveront peut-être pas à rallier Red Rock comme prévu…

Le dernier chasseur de sorcières : action/fantastique de Breck Eisner avec Vin Diesel, Rose Leslie et Elijah Wood. Un chasseur de sorcières immortel fait équipe avec son meilleur ennemi pour empêcher le sabbat de New York de libérer la peste sur le monde…

Point Break : film d’action/policier de Ericson Core. Une version mise à jour de Point Break extrême limite. Une série de braquages spectaculaires aux quatre coins du monde met en péril l’équilibre des marchés financiers. Les criminels opèrent aussi bien en motos dans des gratte-ciels new yorkais qu’en « wingsuits » pour s’échapper d’avions au-dessus de la jungle. Johnny Utah, une ancienne légende du moto-cross devenue agent du FBI, va devoir infiltrer le groupe de sportifs de l’extrême que l’on soupçonne d’être à l’origine de ces sidérants braquages. Pour gagner leur confiance, Utah affronte des défis insensés, du surf au snowboard en passant par la chute libre ou l’escalade à mains nues.

Je vous mets également ci-dessous un making-off du tournage des scènes de surf très sympa:

Insaisissable 2 : thriller de Jon M. Chu avec Jesse Eisenberg, Woody Harrelson, Mark Ruffalo et Morgan Freeman. Le retour des plus grands magiciens et illusionnistes.

A vif ! : comédie de John Wells avec Bradley Cooper, Sienna Miller et Omar Sy. Plus qu’un grand chef, Adam Jones est une rock star de la cuisine, couronnée par deux étoiles au guide Michelin. Grisé par le succès, arrogant et capricieux, l’enfant terrible de la scène gastronomique parisienne sombre dans l’alcool et la drogue.
Quelques années plus tard, il a retrouvé la voie de la sobriété. Entouré de jeunes commis et chefs de parties, il relance un restaurant londonien, déterminé à obtenir le graal de la gastronomie : une troisième étoile.

_________________________________________________________________________

Voici le tour de Gaumont avec :

Nous trois ou rien : comédie dramatique de Kheiron (Bref) avec Kheiron, Leïla Bekhti, Gérard Darmon, Zabou Breitman, Alexandre Astier et Kyan Khojandi. L’histoire de Hibat et Fereshteh, iraniens qui décident l’aller vivre à Paris. Film coup de coeur.  Note de Kheiron : Je mets quiconque au défi de me dire que le film a été réalisé par Kheiron de Bref qui dit « Baise la!!! ». 

L’hermine : comédie dramatique de Christian Vincent avec Fabrice Luchini et Sidse babett Knudsen. Michel Racine est un Président de cour d’assises redouté. Aussi dur avec lui qu’avec les autres, on l’appelle  » le Président à deux chiffres « . Avec lui, on en prend toujours pour plus de dix ans. Tout bascule le jour où Racine retrouve Birgit Lorensen-Coteret. Elle fait parti du jury qui va devoir juger un homme accusé d’homicide. Six ans auparavant, Racine a aimé cette femme. Presque en secret. Peut-être la seule femme qu’il ait jamais aimée.

Pattaya : comédie de Franck Gastambide (Les Kaïras) avec Franck Gastambide, Malik Bentalha, Ramzy Bedia et Gad Elmaleh. Francky et Krïmo rêvent de partir à Pattaya, une sulfureuse station balnéaire de Thaïlande. Pour partir à moindre coup, il inscrive le nain de leur quartier à un championnat de boxe Thaï pour nain à Pattaya. Ils partent pour des vacances, mais elles vont devenir l’aventure la plus dingue de leur vie.

Belle et Sébastien : film familial de Christian Duguay avec Félix Bossuet, Tchéky Karyo et Thierry Neuvic. La suite des aventures de Belle et Sébastien.

Le garçon et la bête : film d’animation japonais de Mamoru Hosoda. Il existe le monde des humains et le monde des bêtes. Un jour, un garçon se retrouve dans le monde des bêtes où il devient le disciple de la bête Kumatetsu, le début d’une aventure qui dépasse l’imaginaire.

Chocolat : biopic de Roschdy Zem avec Omar Sy et James Thiérrée. Ce film retrace la vie de Rafaël Padilla, dit le clown chocolat, premier artiste noir de la scène française.

_________________________________________________________________________

Studio Canal enchaîne avec :

Avril et le monde truqué : film d’animation de Franck Ekinci et Christian Desmares. 1941, le monde n’est pas le même que celui que nous connaissons, car depuis 70 ans, les savants disparaissent mystérieusement. L’humanité et donc privé de toutes les inventions telles que la radio, la télévision, l’aviation, le moteur à essence. Et tout fonctionne encore au charbon et à la vapeur. Avril, une jeune fille part à la recherche de ses parents, scientifiques disparus. Un site avec un jeu interactif est disponible pour patienter et s’instruire => http://www.avriletlemondetruque.fr/

Eperdument (Down by love) : drame de Pierre Godeau avec Adèle Exarchopoulos et Guillaume Galienne. Quand un directeur de prison et une détenue tombent amoureux.

Macbeth : drame de Justin Kurzel avec Michael Fassbender et Marion Cotillard. Macbeth, chef des armées victorieux de la guerre qui fait rage en Ecosse au 11ème siècle rencontre trois sorcières qui lui prédisent qu’il deviendra roi. Envouté par cette prophétie, il monte alors un plan avec son épouse pour accéder au trône.

Je m’appelle Malala : documentaire de Guggenheim avec Malala Yousafzai. Ce film nous présente Malala une militante pakistanaise des droits des femmes qui a obtenu en 2014 le prix Nobel de la paix à seulement 17 ans (la plus jeune lauréate de l’histoire de ce prix).

Nobel Peace Prize laureate Malala Yousafzai poses with the medal and the diploma during the Nobel Peace Prize awards ceremony at the City Hall in Oslo December 10, 2014. Pakistani teenager Malala Yousafzai, shot by the Taliban for refusing to quit school, and Indian activist Kailash Satyarthi received their Nobel Peace Prizes on Wednesday after two days of celebration honouring their work for children's rights. REUTERS/Suzanne Plunkett (NORWAY - Tags: SOCIETY TPX IMAGES OF THE DAY) - RTR4HFOP

Mon roi : drame de Maïwenn avec Vicent Cassel et Emmanuelle Bercot. Tony est admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Dépendante du personnel médical et des antidouleurs, elle prend le temps de se remémorer l’histoire tumultueuse qu’elle a vécue avec Georgio. Pourquoi se sont-ils aimés ? Qui est réellement l’homme qu’elle a adoré? Pour Tony c’est une difficile reconstruction qui commence.

Bastille day : thriller/action de James Watkins avec Idris Elba, Richard Madden, Charlotte Le Bon et José Garcia. La veille du 14 juillet, une jeune française prépare un attentat à Paris. Elle se fait dérober son sac par un petit voleur américain qui s’en débarrasse une fois le contenu voulu gardé. Pendant ce temps, un agent de la base secrète de la CIA à Paris après un retour de missions en Syrie et en Irak essaie de s’adapter à son nouvel environnement.

Au nom de ma fille (nom provisoire) : drame de Vincent Garenq avec Daniel Auteuil. Après la mort de sa fille de 14 ans, André devient obsédé par sa quête de justice car le mystère sur les causes du décès s’agrandit.

Legend : biopic policier de Brian Helgeland avec Tom Hardy, Emily Browning, David Thewlis et Taron Egerton. Londres, dans les années 60. Les jumeaux Ronnie et Reggie Kray (joué par Tom Hardy, et ça promet) regnent en maître sur la capitale anglaise. Leur influence semble sans limite.

A bigger splash : thriller de Luca Guadagnino avec Tilda Swinton, Ralph Fiennes, Matthias Shoenaerts et Dakota Johnson. Un couple passe ses vacances dans une villa en Italie mais la visite d’un vieil ami accompagné d’une séduisante jeune fille va venir semer le trouble.

_________________________________________________________________________

La Belle Company termine cette journée avec :

Ratchet and Clank : film d’animation de Jericca Cleland et Kevin Munroe. Ce film met en scène les célèbres  mascottes d’Insomniac Games qui vont devoir combattre Chairman Drek.

Toril : thriller de Laurent Teyssier. Dans le sud de la France, Philippe, fils d’un exploitant agricole surendetté va implanter un vaste trafic de cannabis au coeur du marché paysan.

Norm : film d’animation de Trevor Wall. Chassés de leur maison en Arctique, un ours polaire nommé Norm et ses trois lemmings se retrouve à New York où Norm va devenir la mascotte d’une société responsable de son départ d’Arctique.

Loving Vincent : film d’animation de Dorota Kobiela et Hugh Welchman. Ce film est le tout premier film d’animation réalisé uniquement par l’intermédiaire de toiles peintes à la main ! Plus de 120 peintures de l’artiste sont utilisées et l’intrigue est basée sur 800 lettres manuscrites de Van Gogh. Et le résultat est superbe.

Comment c’est loin : comédie de Orelsan avec Orelsan et Gringe (vu récemment dans Bloqués sur Canal Plus). L’histoire qui rappelle celle de la bande annonce des Casseurs Flowters où les deux rappeurs après une dizaine d’année de non productivité, galère à écrire leur premier album de rap. Impossible pour eux de finir une chanson. A l’issue d’une séance houleuse avec leur producteur, ils sont pied au mur, ils sont 24 heures pour sortir une chanson digne de ce nom.

Amis publics : comédie de Edouard Pluvieux avec Kev Adams, Vincent Elbaz et Chloé Coulloud. Afin de réaliser le rêve de Ban son jeune frère malade, Sam et leurs meilleurs potes organisent un faux braquage… mais le jour J, ils se trompent de banque. Le faux braquage devient alors un vrai hold-up. Commence alors l’aventure extraordinaire et la cavale des Amis publics n°1.

 

Je finirai ce long article en vous remerciant d’être arrivé jusque là ! Et je remercie également le film français, Newcast et Médiavision pour l’organisation de ce Showeb de rentrée ! J’espère pouvoir réitérer ce genre d’expérience, même si derrière c’est beaucoup de travail pour vous concocter un article comme celui là.