Archives du mot-clé Nor’geek

Le festival Nesfest à besoin de vous !

Souvenez-vous, il y a plusieurs mois, je vous parlais de l’association Nor’geek juste ici. Cette association à pour but de proposer des évènements geek, dans Caen et ses alentours.

C’est le 8 et le 9 avril que Nor’geek va nous offrir un vrai joli festival, nommé le Nesfest, notamment avec de la compétition sur Super Smash bros sur Wii U et Street Fighter V, mais pas que ! En effet, ce festival proposera une zone de 250m² consacré à la culture du jeu vidéo, et proposera aussi bien du rétrogaming que du jeu plus récent.

Bref, c’est une première dans la région, et ce serait bête de passer à côté pour tous les passionnés. (Moi le premier, je me plaignais qu’il n’y avais jamais rien du genre sur Caen)

Mais pour proposer le meilleur évènement possible, l’association a besoin de vous. En effet, l’équipe prendra déjà son matériel personnel pour que chacun puisse profiter un maximum du festival. Mais une aide financière les aiderait bien pour leur permettre de proposer la meilleure expérience. Pour cela, ils ont lancé une campagne de financement participatif.

Alors, si vous voulez les aider, je vous invite à aller cliquer sur le lien juste en dessous et leur filer un coup de main. Évidemment, si vous ne pouvez pas les aider financièrement, mais que vous voulez soutenir la cause, n’hésitez pas à partager le lien un maximum. L’association (et moi-même) vous remercie d’avance. Quand des passionnées veulent partager leurs passions, aidons-les en allant cliquer juste ici :

https://www.bulbintown.com/projects/nesfest-first-strike

L’association Nor’geek à Caen

Je fais partie de ces gens qui râlent tout le temps, sur le fait que les meilleurs trucs se déroulent à Paris, et jamais ailleurs ! Je suis un Caennais, et on ne peut pas dire que les événements geek se bousculent dans cette ville.

C’est finalement grâce à une amie que j’ai entendu parler de l’association Nor’geek, une association qui organise régulièrement des événements liés aux jeux vidéos. Hier soir, Nor’geek s’était installé au bar La Garsouille en plein centre de Caen. Au programme, des consoles en accès libre, avec du Mario Kart sur Super Nes, du Super Smash bros sur Wii U, du Bomberman sur Wii ainsi qu’un jeu que je ne connaissais pas, et qui a été un petit coup de cœur : le jeu Overcooked !

Le principe de ce jeu ? Cuisiner des plats, le plus rapidement possible, dans des endroits improbables. Le jeu est jouable à plusieurs (on peut même jouer à deux sur une seule manette, chaque joueur gérant un joystick de la manette.) et attention à la crise de fous-rires, tant ça devient un énorme bordel lorsqu’on y joue à quatre.14991912_10210585018492864_4887679095623628190_nAjouté à cela, on pouvait se mettre sur le jeu Toki en arcade, avec, en prime, un petit défi sur ce jeu. En effet, celui qui faisait le meilleur score sur ce jeu gagnait un cocktail spécial « Nor’geek« , je ne peux pas dire ce que valait le cocktail, car je n’ai pas fait le défi, je me connais, je me serais ridiculisé devant tout le monde.

Bien plus que de pouvoir jouer à des jeux vidéos, le gros plus de cette soirée était son aspect convivial. Forcément, dans de telles soirées, on ne peut que croiser des personnes qui ont la même passion, et par conséquent, passer un bon moment avec eux, et être dans les mêmes délires. J’en profite au passage pour faire un coucou à Benjamin (l’un des responsables de l’organisation) qui nous a très bien accueillis pour cette excellente soirée.

14991994_10210585017692844_8668735162035959866_n

En conclusion, si vous êtes dans les alentours de Caen, n’hésitez pas à aller les voir, sachant qu’ils proposent différentes soirées, et se consacre aussi à l’e-sport et en organise différents évènements.

Si voulez en savoir plus sur l’organisation, je vous invite à aller sur leur page Facebook juste ici , leur compte Twitter juste et ils viennent aussi de démarrer une chaine Youtube que vous pouvez retrouver en cliquant sur ce lien.

Bref, moi qui me plaignait qu’il n’y avait pas assez d’évènements de ce genre dans ma ville, je ne peux que soutenir une organisation aussi sympathique, allez-y, vous ne regretterez pas !

[Critique] Sin City : J’ai tué pour elle

Il y a déjà 9 ans, Robert Rodriguez s’était associé avec Frank Miller pour porter sur grand écran ses comics ultra-violent, les bien-nommés Sin City. On a obtenu une belle baffe graphique, ultra-violente et stylisé avec un ton de film noir. Depuis, ce film est devenu culte pour beaucoup. Vu le carton du film, une suite avait été annoncée quasiment aussitôt, mais, pour un tas de raisons, le projet à été maintes fois retardés, on aura donc dû attendre 9 années pour pouvoir enfin voir la suite de cette bombe qu’était Sin City.

Cette suite reprend le même principe que le premier, à savoir nous montrer plusieurs petites histoires, même si on verra quelques personnages se croiser de temps en temps. Parmi les nouveaux, on pourra compter sur les personnages de Joseph Gordon-Levitt et Eva Green. Pour les anciens, par contre, on retrouvera des personnages qui étaient dans le premier, mais incarnés par d’autres acteurs, ainsi, Josh Brolin interprète le personnage joué par Clive Owen dans le premier, mais avant l’histoire du 1, c’était avant de subir un changement de visage. Dennis Haysbert incarne le personnage jouait précédemment par Michael Clarke Duncan, mais bon, là, c’est surtout parce que l’acteur nous a tragiquement quittés.

Je vais être clair, Sin City : J’ai tué pour elle est un excellent film, mais souffre de quelques défauts qui le place en dessous du premier volet. Tout d’abord, j’ai senti des dialogues moins inspirés, alors que le premier nous a offert des phrases cultes dont tout le monde se rappelle, ici, je pense qu’il y en aura aucune qui vous marqueront vraiment. Certaines scènes paraissent plutôt inutiles, notamment le personnage de Christopher Meloni, un peu trop survolé et dont la conclusion est plutôt gratuite. Idem pour l’histoire de Joseph Gordon-Levitt, même si l’histoire du personnage est plutôt bonne, la façon dont elle se conclut est plutôt frustrante.

Malgré tout, que c’est bon ce retour dans la ville du pêché, la violence et le sexe y sont toujours aussi présents, et Marv est toujours là pour briser la gueule de tout le monde. D’ailleurs, le personnage de Marv était le préféré de tous les fans du premier film, Rodriguez et Miller s’en sont rendu compte, et Marv est bien plus présent que dans le premier. On le verra dans quasiment toutes les histoires, le personnage arrivant souvent quand une baston s’annonce, et honnêtement, c’est quand même super jouissif !

Au final, une suite qui m’aura tout de même moins convaincu que le premier, mais que j’ai quand même beaucoup aimée, et puis, qu’est-ce que ça fait du bien de revoir toute cette violence gratuite qui nous avait manqué ! Ah oui, je vous conseille d’avoir le premier en mémoire pour ne pas être trop perdu.

Note : 7,5/10

[Avis 1er épisode] From dusk till dawn

Photo : 1jour/1série : From dusk till dawn : The seriesAujourd'hui, ça va être un peu spécial pour la série du jour. Contrairement aux séries que j'ai chroniqué jusque-là où, pour la plupart, j'ai vu tout les épisodes des shows, sauf quand je le précisait. Ici, je vais faire comme je fais de temps en temps sur Le site Press-select.fr, à savoir donné mon avis sur le 1er épisode d'une nouvelle série. Pour From dusk till dawn, elle vient tout juste de commencer et n'a diffusé que son premier épisode. Le réalisateur Robert Rodriguez à récemment lancé sa propre chaîne de télévision nommé El Rey. Et donc, l'une des premières séries à être lancé pour la chaine n'est rien de moins que l'adaptation d'un des films cultes du réalisateur. Vous n'avez peut-être pas reconnu via son titre original, mais le nom français du film Fom dusk till dawn est Une nuit en enfer, film génial qui partait totalement en vrille dans sa deuxième partie, avec Tarantino et Georges Clooney dans les rôles des frères Gecko, des criminelles en cavale. La série à pour but de revisiter le film original en 10 épisodes (je sais pas s'il s'inspirera des suites, mais vu les nanars que c'est, vaut mieux pas !). Ce premier épisode reprend donc la scène d'intro du film, mais avec plusieurs changements, et pour l'instant, ce premier épisode me laisse dubitatif. Le premier point ou j'ai du mal, c'est au niveau des acteurs qui jouent les frères Gecko, j'ai assez de mal avec eux, faut dire que passez derrière Tarantino et Clooney, c'était pas forcément une tâche facile. Un des autres éléments qui me pose problème, c'est dans sa construction de l'épisode, en nous proposant quelques flashbacks qui ne servent pas grand chose. Mis à part, l'épisode s'avère relativement mou, et ce qui se passe dedans ne sert vraiment pas à grand chose quand on connait l'intrigue du film. Mais surtout, c'est que j'avais plus l'impression d'être devant le début d'un nanard plutôt que devant une très bonne série.En bref, vous l'aurez compris, ce pilote ne m'a pas convaincu, mais il ne s'agit que du premier épisode, donc on va pas faire de jugement hâtif, faudra attendre la fin des 10 épisodes pour vraiment juger, wait and see.....

Le réalisateur Robert Rodriguez à récemment lancé sa propre chaîne de télévision nommé El Rey. Et donc, l’une des premières séries à être lancé pour la chaine n’est rien de moins que l’adaptation d’un des films cultes du réalisateur. Vous n’avez peut-être pas reconnu via son titre original, mais le nom français du film Fom dusk till dawn est Une nuit en enfer, film génial qui partait totalement en vrille dans sa deuxième partie, avec Tarantino et Georges Clooney dans les rôles des frères Gecko, des criminelles en cavale.

La série à pour but de revisiter le film original en 10 épisodes (je sais pas s’il s’inspirera des suites, mais vu les nanars que c’est, vaut mieux pas !).

Ce premier épisode reprend donc la scène d’intro du film, mais avec plusieurs changements, et pour l’instant, ce premier épisode me laisse dubitatif.

Le premier point ou j’ai du mal, c’est au niveau des acteurs qui jouent les frères Gecko, j’ai assez de mal avec eux, faut dire que passez derrière Tarantino et Clooney, c’était pas forcément une tâche facile. Un des autres éléments qui me pose problème, c’est dans sa construction de l’épisode, en nous proposant quelques flashbacks qui ne servent pas grand chose. Mis à part, l’épisode s’avère relativement mou, et ce qui se passe dedans ne sert vraiment pas à grand chose quand on connait l’intrigue du film. Mais surtout, c’est que j’avais plus l’impression d’être devant le début d’un nanard plutôt que devant une très bonne série.

En bref, vous l’aurez compris, ce pilote ne m’a pas convaincu, mais il ne s’agit que du premier épisode, donc on va pas faire de jugement hâtif, faudra attendre la fin des 10 épisodes pour vraiment juger, wait and see…..

[Critique] Machete

Souvenez-vous, il y a quelques temps, je vous parlais du projet fou qu’était le long-métrage Machete. Ce projet décliné d’une fausse bande annonce est désormais dans toutes les bonnes salles de ciné et maintenant que j’ai vu ce film qui m’attirait depuis quelques temps, je vais pouvoir vous en dire ce que j’en ai pensé !

S’il y a bien une chose qui fait plaisir à voir, c’est que Danny Trejo a enfin le premier rôle d’un film, car c’était un éternel second rôle dans énormément de long-métrages (Heat, Desperado, The devil’s reject ou encore un passage dans la série Breaking bad…). A ses côtés, on trouve un sacré casting avec Robert DeNiro, Don Johnson, Jessica Alba, Michelle Rodriguez et même Steven Seagal. A travers ce film dans la continuité du projet Grindhouse initié par Tarantino et Rodriguez, rien n’est à prendre au sérieux, bref, il faut aller voir le film avec une bonne dose de second degré.

Pour rester dans le genre « films d’exploitations des années 70 », Rodriguez a fait comme il avait fait avec Planète terreur, à savoir « salir » volontairement l’image pour avoir cette impression de regarder un film d’époque.

Alors, autant je suis pas super fan de Planète terreur, autant Machete m’a fait prendre un pied démentiel ! C’est volontairement cliché à travers son héros indestructible (comme, par exemple, une scène où il entre à l’hôpital dans un sale état, pour ensuite se relever sans problème pour aller buter ses ennemis qui arrivent, entre autres.), c’est gore et c’est…c’est……bah c’est super jouissif quoi !!!!

La plupart du casting s’est pas mal investi dans le projet et on voit que les acteurs prennent leurs pieds, notamment Michelle Rodriguez ou De Niro en politicien véreux.

Sans être non plus un film culte à mes yeux, il dispose tout de même de dialogue sassez énormes et n’hésite pas à en rajouter dans la démesure. Si vous aimez le projet Grindhouse de Tarantino et Rodriguez à travers leurs films Boulevard de la mort et Planète terreur, soyez sûrs que vous serez instantanément fan de ce Machete !

En conclusion, fan de gore, de copie dégueulasse et de vraies gueules « badass » (en gros, ceux pour qui Mad movies est leur bible, quoi !), jetez-vous dessus, vous ne serez pas déçu ! Et puis, un film avec un gars qui se sert des boyaux d’un autre pour s’en servir de corde pour sauter par la fenêtre, ça ne peut pas être un mauvais film, non ?!?

Note : 7,5/10

[DVD] Predators

Cinetrafic et Fox Pathé Europa m’ont fait parvenir le dvd du dernier Predators pour vous en proposer un test complet !

Qualités technique : 7/10

Sans atteindre les qualités d’images d’un format haute-définition, je dois avouer que j’ai été assez surpris par la qualité du piqué ! Une image nette sans trop de présence de grain et très bien nuancés au niveau des couleurs.

Au niveau sonore, avec des pistes Dolby digital 5.1 en VO et en VF, c’est toujours correcte, en mettant en avant la bande-originale et les fusillades, les voix ne sont pas mis en retrait pour autant. Par contre, c’est un peu moins bon pour tous ce qui concerne la jungle et ses détails.

Film : 5,5/10

S’il y a bien un monstre du 7ème art emblématique, c’est bien Predator ! Alien et lui ont marqué les esprits au cinéma, à tel point que les deux se sont affronté dans les deux très mauvais Aliens vs Predators . Alors qu’Alien avait une filmographie de qualités avec ses 4 opus, il n’en était pas de même dans les Predator, le premier film était une oeuvre jouissive et burné avec ses gros bras affrontant le monstre mythique, un film qui ne nous fait que regretter l’absence du réalisateur John Mctiernan depuis beaucoup trop d’années (le bonhomme à eu quelques soucis avec le FBI qui l’empêche de tourner.). Le 2ème opus était loin d’égaler le premier malgré quelques point intéressant qui était aborder . (Le fait que les Predators soit sur terre depuis très longtemps, par exemple.)

Bref, depuis plusieurs années, on attendait un retour en force de cette créature, et c’est pas les Aliens vs Predator qui ont arrangés les choses ! Finalement, Robert Rodriguez à décidé de se mettre à la productions d’un troisième film et de prendre Nimrod Antal (Blindés, Motel) en tant que réalisateur. Le pitch de ce nouveau volet ne se déroule plus sur terre mais sur une planète inconnue, plusieurs personnes sont parachutés dans cette espèce d’immense jungle sans savoir pourquoi et comment ils sont arrivés là. La plupart sont des personnages ayant un lourd passé derrière eux.

L’un des gros points faibles de ce nouveau film, c’est que le réalisateur à voulu faire une bande similaire à celle du premier volet, le problème c’est que le casting est très loin d’avoir la même présence à l’écran que l’avait Schwarzy ou Carl Weathers. Adrien Brody qui est quand même un bon acteur à la base, n’est clairement pas crédible dans son rôle de gros durs !

Pour ce qui est des Predators en eux-mêmes, on apprend qu’il y a finalement 2 races différentes mais je m’attendais à ce qu’on ait une foules de monstres prêt à décimer tous le monde, finalement, on en voit très peu (surement une question de budgets). Quand aux scènes d’actions, elles sont nombreuses mais loin de transcender le genre !

En conclusion, Predators n’est pas un mauvais film, mais s’avère une relative déception vu ce à quoi on pouvait s’attendre !

Bonus : 1/10

Au rayon bonus, quasiment rien à se mettre sous la dent. Le seul bonus présent est un court-métrage en motion-comics d’à peine 2 minutes qui montre des évènements se déroulant avant le film. A mon avis, le reste des bonus est réservé aux éditions blu-ray, dommage pour ceux qui n’ont pas investis dans une platine HD.