Archives du mot-clé PlayStation 4

[Test] Horizon Zero Dawn – PS4

Bonjour, ici Daxupit !
Me voici de retour plume à la main avec le dernier né des studios Guerrilla Games ( Créateur de la série « Killzone » ) j’ai nommé Horizon Zero Dawn. 


Annoncé lors de l’E3 2015, il m’avait fait de l’oeil, mais je ne m’étais pas trop penché dessus. Un ami l’attendait avec impatience, je me suis dit que je verrai le jeu quand j’irai le voir. Mais j’ai eu l’agréable surprise de recevoir un code pour télécharger le jeu.
Et autant entrer dans le vif du sujet, si j’avais testé ce jeu chez mon ami, je l’aurai acheté.

Commençons par l’histoire.
Dans Horizon Zero Dawn, nous sommes projetés 1000 ans dans le futur où la nature a reprit ses droits et où les humains vivent en tribu cohabitant avec de mystérieuses machines plus nombreuses chaque année.  Chaque tribu a ses rites et règles. Dans la tribu des Noras, toute action qui va à l’encontre des règles est punie par l’exclusion de la tribu. Les personnes exclues sont qualifiées de paria. Si je vous parle de cela, c’est que nous incarnons dans ce jeu « Aloy », paria de naissance. Notre but, va être de découvrir qui sont ses parents ? Pourquoi est t-elle une paria ? D’où proviennent toutes ces machines plus nombreuses d’année en année ? Des questions qui vont nous amener à découvrir ce vaste monde peuplé de machines, de bêtes et d’humains en tout genre. 

Le monde puisqu’on en parle est un délicieux mélange de nature, de ruines et vestiges de l’ancien monde. Les explorateurs auront des tas d’objets à retrouver, les aventuriers des tas de quêtes à effectuer, les chasseurs des tas de bêtes et machines à tuer, il y en a pour tous les goûts ! Les paysages sont magnifiques et un mode photo est d’ailleurs présent pour capturer les plus beaux clichés possible. Réglage du champ de vision, de la profondeur de champ, de distance focale, l’ouverture, la luminosité, l’exposition, la teinte, l’heure du jour (génial pour jouer avec les effets de lumière du soleil ou de la nuit ! ), le vignettage et enfin la possibilité de mettre un cadre et/ou logo du jeu. Voici quelques exemples : 

 

Après ces belles images parlons gameplay. Il faut d’abord commencer par le fait que l’on ne commence pas avec notre héroïne qui est préparée à affronter tous les danger dès le début du jeu. Le didacticiel nous ramène dans son enfance et il est très important pour comprendre où Aloy trouve toute sa force et sa détermination ainsi que sa place dans ce monde. On apprend également par quel moyen Aloy arrive à percevoir les faiblesses de ses ennemis et en tirer profit. Mais elle n’a pas qu’une corde à son arc ! Oui, en effet, Aloy maîtrise l’arc, mais également d’autres armes qu’elle récupérera au fil de ses aventures pour prendre le dessus sur les machines toujours plus difficiles à abattre les unes que les autres. En ce qui concerne l’artisanat, c’est très simple, ce dernier permet de modifier nos armes et nos tenues ainsi qu’agrandir nos différents sacs et carquois. De quoi ne pas perdre trop de temps et rester au cœur de l’action.


Je ne voudrais pas trop vous en dire plus pour vous laisser le plaisir de découvrir l’intrigue et les mécanismes de ce jeu aux décors magnifiques et que j’ai hâte de retourner voir une fois cet article terminé.

Si je devais lui donner une note, je dirai 8.5/10 

J’ai hâte d’avoir votre retour également ! 🙂

[Test] Fenix Furia sur PS4

image

Les studios Green Lava nous ont accordé leur confiance en nous offrant la possibilité de tester leur dernier jeu : Fenix Furia
Vous êtes un joueur en quête d’aventure ? D’un jeu d’action mettant vos nerfs à rude épreuves ? Alors ce jeu est pour vous !

[Un peu de culture ne fait pas de mal…]

L’histoire de Fenix Furia débuta par un prototype de jeu des studios Green Lava appelé  » Fenix Box and the Legend of the Cookie » sur Google Play.( Toujours dispo d’ailleurs, et téléchargeable ici )
image

Lancé comme un jeu téléchargeable, gratuitement, pour tester les nouvelles mécaniques de jeu, le jeu fût créé en seulement une semaine au mois de septembre 2012.
Et à cette période, il fût très bien reçu.
Durant la même année, les studios Green Lava gagnèrent un Runner-Up Award au Square Enix Latin America Game Contest 2012 avec le jeu Bonfire Trail.
image

Ce prix motiva l’équipe à prendre des décisions cruciales : réaliser un projet sur une année.
Ne perdant pas de temps au 1er janvier 2013 et désireux de s’essayer à de nouvelles mécaniques et styles de jeu, l’équipe Green Lava s’est mis à utiliser Fenix Box comme base pour ce projet d’une année.
Transformant le petit et simpliste carré noir du prototype de jeu en un personnage pleinement développé, au look totalement inspiré du célèbre hérisson bleu de chez SEGA, évoluant dans son propre monde imaginaire. ( à l’inverse du jeu Fenix Box, qui reste un jeu très épuré )
Son Gameplay, sa musique et son style de jeu ont été influencé par des univers propres : Super Meat Boy, HellBoy, Sonic the Hedgehog ou encore Swat Kats.
Grâce à des quantités faramineuses de boissons énergétiques, de thé ou de café… Voici comment est né Fenix Furia !

image

image
image

image

[L’histoire]

Vous incarnez le rôle de Fenix, personnage donti le village fût disséminé par une énorme explosion, laissant en ce bas monde 2 uniques survivants : Fenix et Oktarus, un personnage mystérieux réussissant à ne pas se faire capturer par Fenix, et ce malgré tout ses efforts.

[Le jeu]

Le jeu va vous plonger dans un monde composé d’une centaine de stages, tous plus rudes les uns que les autres, dans un rythme infernal vous poussant à réussir les niveaux le plus rapidement possible.
image

Doté de 2 capacités, à vous de faire preuve de dextérité pour franchir ces labyrinthes.
Le saut, comme son nom l’indique vous permet de… sauter !! oui, vous avez bien lu !! c’est génial, non ?
Vous aurez surtout la possibilité de sauter aussi souvent que vous le souhaitez, même en plein air ( ce qui vous permettra d’évoluer tel un pigeon en plein centre ville de Paris )
Le second pouvoir, c’est la fonction « Dash » ( ouais, pas envie de traduire ce terme, tellement ça parle à tout le monde )
Ainsi, en pressant la touche affectée, vous pourrez vous déplacer rapidement dans la direction choisie ( uniquement droite ou gauche ), ce qui permet de se sortir de situations délicates ( et croyez moi, il y en a !! )
Le jeu, réparti sur 9 mondes, va vous faire voyager, et surtout hurler de nerf ( surtout sur certains niveaux relativement coriace… je ne vous parlerais pas de la phase où l’on doit échapper à un espèce de Boss qui défonce tout sur son passage… J’ai dû mourir plus d’une centaines de fois !! )
image

Jouable aussi en multi, il m’aura fait passer de bons moments avec mon fils ( qui maitrise plutôt bien le jeu le petit ! )
Graphiquement propre grâce à une 2D maitrisée, dotée d’une maniabilité précise, et d’une rythmique faisant suinter vos pauvres petits doigts boudinés, ce jeu est une pure merveille, à jouer et à rejouer sans faim.
image

Bref, vous l’aurez compris, ce jeu m’aura bien plu, et ce serait dommage de passer à côté.
Les studios Green Lava ont bien bossé, preuve en est avec ce trailer

[Finalement, ce qu’il faut retenir…]

– Un mode 2 joueurs en local ( et ça c’est cool ! ) en écran splitté, ou les joueurs vont pouvoir s’affronter, et savoir qui sera le plus rapide à terminer un niveau.
– Le personnage Undead Fenix jouable en mode 2 joueurs.
– La présence d’un mode facile, pour habituer les joueurs débutants à prendre en main ce jeu pour hardcore gamers.
– 9 mondes énormes et variés à traverser, chacun disposant d’une dizaines de niveaux à la difficulté croissante.
– Soit un total de plus de 200 labyrinthes, avec plusieurs nouveaux niveaux remastérises exclusivement pour la console.
– Un Gameplay rapide, intense, une résurrection immédiate en cas d’échecs, imposant une cadence de jeu très rapide.
– Un principe de jeu vous poussant à donner le meilleur de vous même pour terminer les niveaux avec le meilleur chrono.
– Un style graphique 2D, couplé à une musique Rock poussive, font la variété de chaque monde.
– Et en extras à débloquer : des minis jeux et des recettes de délicieux cookies ( celle là, personne ne l’attendait ! )

[Test] The Order 1886

JeuChaud, chaud bouillant, l’un des premiers Triple A de 2015 vient de débarquer dans les chaumières. Après nous en avoir mis plein les mirettes lors de sa présentation à l‘E3 2013, The Order 1886 arrive en exclusivité sur PlayStation 4, et pour ce coup d’envoi 2015 next gen, ce sont les Studios Ready at Dawn qui ont l’honneur d’ouvrir le feu. Plutôt habitués aux portages de titres comme God Of War sur les portables de chez Sony, les voici aujourd’hui sous les feux des projecteurs. Salué ou conspué, The Order 1886 ne laisse pas indifférent.

Londres en Carte Postale.

C’est dans un premier temps une claque visuelle, c’est beau, très beau!!! Inutile de tourner autour du pot, The Order 1886 est à ce jour le plus beau jeu sur next gen, toutes plateformes confondues. Nous voici plongés dans un Londres victorien steampunk, déjà cela promet, mais ajoutez des créatures fantastiques et vous obtenez l’univers de The Order.

Le titre impressionne par sa direction artistique. Dirigeables dans le ciel, armes et moyens de communications futuristes, le tout porté par des chevaliers charismatiques, The Order pue la classe, et est avant tout un jeu d’ambiance. Le tout renforcé par un moteur graphique solide et des textures saisissantes de vérité. L’abondance des tuyaux de laiton, aux alambiques de cuivre, l’omniprésence du bois, des essences les plus précieuses dans les lieux riches, aux bois les plus classiques des milieux populaires, le travail sur les verres, fibres textiles, papiers, nous sommes à la limite du photo réalisme. Et le tout est sublimé par des effets de lumières bluffants. Nous avons franchis un cap avec ce jeu tant nous avons ici une démonstration des capacités techniques de la PlayStation 4.

Dans ton Q.T.E

Si le titre de Santa Monica Studios impressionne par sa plastique irréprochable, on ne peut malheureusement pas en dire autant de ses mécaniques de jeu. Autant être clair tout de suite, si vous aimez le challenge d’un Soul Sacrifice, le farming d’un Destiny ou l’action frénétique d’un Call Of Duty, passez votre chemin car The Order n’est pas pour vous !!!

En effet, point de vue gameplay, nous sommes dans du réchauffé, voire du daté. Tout au long de l’aventure, le jeu use et abuse de situations contextuelles où les QTE prennent toute la place (l’ADN God of War n’est pas loin ??? une série inaugurée en 2005). Les QTE sont si présents qu’ils transforment le jeu, en film interactif entrecoupé de gunfight. Ces dernières sont là encore très classiques avec un système de shoot et de couverture très similaires à ce que nous avions pu découvrir dans un Gears Of war (2006), avec un Galahad assez pataud en prime.

Les brefs moments de répits, vous serez invité à découvrir le monde qui vous entoure, où plutôt les pièces. Car tout au long de l’aventure, le joueur est sur des rails. Là encore, comme dans un film. Pas de monde ouvert, vous allez d’un point A à un point B en réalisant votre objectif. Et entre deux scènes d’actions, un peu d’exploration à la recherche de quelques objets dans des zones un peu plus vastes, mais fermées, un peu comme dans les débuts de la série des Uncharted (2007). Un Londres aussi beau et aussi immersif? Quel dommage de ne pouvoir l’explorer.

je vous parle aussi brièvement des phases d’infiltrations, il y en a principalement deux. Là encore, nous sommes sur du très classique, avec, il faut le reconnaitre une IA limitée, mais cependant très punitive. Si vous ratez votre approche de quelques centimètres, c’est l’échec assuré…

Vous l’aurez compris, dans ces mécanismes, The Order prend la substantifique moelle, qui a fait le succès d’autres licences, sans se l’approprier. Le tout sur des idées datant d’une dizaine d’année, AIE >.< . Un gameplay classique, trop peut-être, mais sans un seul bug et ce dès le day one et sans mise à jour, à notre époque de l’internet moderne ( qui a dit syndrome Assassin’s Creed Unity ^^ ).

On reste amis ?

C’est sur ce point que le bas blesse. On peut lire à gauche à droite sur les internets que le jeu se boucle en moins de cinq heures. Je ne partage pas ce point de vue. Certes l’aventure est courte, je ne vous mentirai pas, il m’en aura fallu moins de dix, car j’ai pris du temps pour l’exploration et la recherche de tous les items. Pour cette fameuse durée de vie, si importante pour beaucoup de hardcore gamer. Le jeu vidéo est « POUR MOI » un loisir, j’ai la trentaine, un travail qui me prend minimum trente cinq heures par semaine, une vie de famille, des amis, des activités extérieures au jeu vidéo. Je n’ai plus le même capital temps à investir dans un jeu vidéo comme il y a quinze ans où je pouvais torcher un FF7 sur une période de vacances !!! Alors, OUI, à soixante dix euros la galette, je comprends que certains râlent, d’autant plus que hormis la recherche des objets et du trophée Platine, le jeu souffre d’un manque de rejouabilité et d’un mode multi (ce qui n’est absolument pas une tare à mes yeux, loin de là.). Cependant, je reconnais une certaine frustration de ne pas en avoir plus. Le jeu nous sert le minimum syndical.

Conclusion

Si The Order impressionne par la forme, il déçoit par son manque de profondeur. Cantonné à un rôle de vitrine technologique pour PlayStation 4, le jeu manque d’ambition au delà de son visuel. Film interactif pour certains, claque pour d’autres, The order ne laisse pas indifférent. Cependant, il ne mérite pas les flots de vociférations que l’on peut lire sur les forums. Les mêmes qui hurlent sur le travail de Quantic Dream en criant à qui veut l’entendre que Heavy Rain et Beyond : two souls ne sont pas du jeu vidéo.

A mes yeux, The order est juste un jeu trop sage, et manque d’un grain de folie, même les explosions de grenade, certes extrêmement réalistes manque d’un je ne sais quoi d’hollywoodien. The Order est un peu trop propre sur lui. On sent bien que le jeu devait répondre à un cahier des charges précis, les scènes de gunfights, les scènes d’infiltrations, la descente en rappel, le combat contre les grosses bébêtes.

Loin d’être un mauvais jeu, The order subit le revers de la médaille d’une communication marketing trop intensive. Le jeu qui devait être le saint Graal de la PlayStation 4 se révèle être juste un bon jeu. Mais ne mérite pas les torrents de haine que l’on peut lire à son sujet. Et effectivement, une frustration se fera sentir à la fin du générique, une touche de je ne sais quoi qui pousse à dire « ENCORE ».

Il n’y a plus qu’à espérer que Santa Monica Studio lâche les chevaux pour une éventuelle suite.

 

[Insolite]Les chroniqueurs de Télématin frappent encore…

Alors que le matin, je me réveille, la bouche pâteuse, et la tête dans le c… j’attends avec impatience que le catcheur, euuuuh, l’animateur William lemeyrgie prenne l’antenne avec sa fine équipe de chroniqueurs… et en ce matin du 16 Avril 2012, devant mon bol de Chocapic, j’entends cette nouvelle… … … … … … … …

APRES LE MEUPORG…

 

APRES L IPHONE 4 DE GOOGLE…

 

VOICI … … … SHREK LA NOUVELLE RECRUE DES AVENGERS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

Mon dieu, cette nouvelle me mit dans un désarroi profond, toutes ces années à courir dans mon kiosque pour apprendre cela !!!

Merci aux chroniqueurs de France 2 de rétablir la vérité, car ne l’oublions pas « la vérité est ailleurs »…

Plus sérieusement, Merci aux chroniqueurs de France 2 de dénigrer la culture GEEK du haut de leurs hautes études de journalisme!!!!! Oui, parce qu’ il existe réellement une Culture Geek, avec un grand C, et pas seulement des fantasmes d’ados attardés fuyant les réalités de la vie.

Mais merci à eux de se ridiculiser en direct, cela nous économise de long discours.

 

 

[Insolite] Une mort à la con dans COD7

Qui n’a jamais pesté devant sa télé en se disant qu’il vient de subir un frag de merde, que c’était impossible comme situation… Notre mauvaise foi ressort dans ces moments là car au final, cela signifie tout simplement qu’on a été bidon. cela n’a parfois pas grand rapport avec la malchance. (Toute ressemblance avec des personnes existantes ne seraient pas le fruit du hasard…^^)

C’était sans compter sur ce joueur, qui doit avoir avalé sa manette pour l’occasion. Comme le disait le boss du mode battle de Future Cops LAPD, la mort vient d’en haut…  Pour mieux comprendre cette phrase, je vous invite à regarder cette vidéo… j’ai envie de dire, le pauvre…

[kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/RjCHW4sPI0I" width="425" height="344" allowfullscreen="true" fvars="fs=1" /]

[Découverte] Cubeecraft

J’ai découvert récemment un site internet permettant de créer des figurines en papier de vos héros préférés.Il s’agit du site Cubeecraft.

En gros le principe, vous trouvez un modèle qui vous plait, vous cliquez dessus, vous imprimez le patron de la figurine et grâce à vos ptits doigts presque aussi agiles qu’un ptit chinois qui fait des Nike, vous plierez de telle façon que votre héros préféré prendra vie sous vos yeux ébaillis…

Pour ceux qui pensent avoir l’âme créatrice ou s’estiment manuels (Rien à voir avec votre ami portugais) et bien je vous propose de vous faire plaisir et de créer quelques petits bonhommes pour pas cher. Vous pourrez par exemple vous refaire un monde de Super Mario Bros sur une de vos étagères.

http://technabob.com/blog/wp-content/uploads/2009/02/papercraft_mario_cubes.jpg

Alors ca vous plairait de faire la même chose et de vous constituer une petite collection rien qu’à vous créée par vous même?

C’est ici que ca se passe

Avec Loo-ly, nous nous sommes entrainés un peu avec certains modèles et voici ce que ca donne :