Archives du mot-clé Super Normaux

[Expo] Super Normaux – Galerie Sakura Bercy Village

Bien le bonjour à tous !

Je m’en vais aujourd’hui vous présenter une exposition que j’ai eu plaisir à découvrir, « Super Normaux » dans la Galerie Sakura située à Bercy Village jusqu’au 7 juillet prochain.

SNGregoire Guillemin52
Basée sur le thème du livre de Grégoire Guillemin « For Your Eyes Only: Secret Life of Heroes« , cette exposition nous montre les super-héros comme on ne les voit jamais.

FYEO

 

SNGregoire Guillemin32

D’autres artistes se sont joints à Grégoire Guillemin apportant chacun leur touche et leur univers personnel.

Je commencerais par Ideealizse, une artiste que j’apprécie beaucoup de part son talent et sa sympathie. Son style est basé sur le « triangulart » qui consiste à inventer ou réinventer des œuvres en y intégrant des polygones, plus précisément des triangles. Étant un fan de la triforce, je ne peux qu’aimer tous les trigones qui habillent ses réalisations.

Je tiens d’ailleurs à la remercier de nouveau, car c’est grâce à elle que j’ai eu vent de cette chouette exposition.

SNIdeealizse82

 

Elle a d’ailleurs customisé une borne d’arcade de The Arcade Company avec laquelle vous pourrez jouer à Batman.

SNIdeealizse42

 

 

Je continuerais avec Richard Tran, un artiste que j’ai découvert lors de cette exposition et qui mérite d’être mis en valeur.

SNRichard Tran2

Peter Ware  mélange illustration et typographie. Le résultat est génial comme vous pouvez le voir ci-dessous.

SNPeter Ware22

 

Kevin Lam revisite lui les super-héros incarnés par les Minions, les petits personnages jaune du film « Moi, Moche et Méchant« .

SNKevin Lam12

Bunka qui nous offre des œuvres graphiques colorées reprenant beaucoup de super-héros et personnages de dessin animé.

SNBunka2

Marcus Mok avec des réalisations en noir et blanc (avec un effet vieilli) sympathiques.

SNMarcus Mok2

Pablo Cialoni s’exprimant avec divers styles graphiques, présent ici avec des personnages bien connus pixelisés.

SNPablo Cialoni2

Justin Vangenderen nous propose des affiches liées à nos super-héros préférés.

SNJustin Vangenderen

Lewis Forde présent avec des affiches de style vintages.

SNLewis Forde2

 

Ulaş Başoğlu nous offre une vision de super-héros dans l’ouest sauvage.

SNUlas Basoglu

Il y a encore des tas d’œuvres à découvrir au sein de la galerie, je ne peux que vous inviter à y faire un tour. C’est une chouette idée de sortie entre amis ou en couple accompagnée d’un restaurant ou d’un ciné ( voir les deux ! )à Bercy Village.

L’exposition est gratuite et l’entrée est libre du mardi au vendredi de 12h à 20h et le samedi et dimanche de 11h à 20h.

Notez également que la Galerie Sakura expose aussi dans le marais actuellement et jusqu’au 18 juin l’exposition « Bang Bang » basé sur le western. Je vous ferai un retour si je m’y rends dans peu de temps.

[Précommande] Child of Light Collector

Loin des ses licences phares, loin de ses assassins, de ses pirates informatiques, ou des ses rongeurs fou. Ubisoft nous surprends avec une aventure pleine de charme et de poésie : Child Of Light.

 

Développé par Ubisoft Montréal, le jeu utilise le moteur Ubi-Art Framework,et fait des merveilles avec la direction artistique. Son style crayonné et aux couleurs aquarelles flatte la rétine. Nous sommes dans un véritable conte de fée vidéo-ludique.

Concernant les mécanismes, nous sommes en terrain connu, il s’agit ici d’un RPG tactique des plus traditionnels, avec prise d’expérience, plus de 200 compétences à débloquer et plus de 600 combinaisons de cristaux, les puristes apprécieront.

Bien que ce jeu soit 100% dématérialisé, je salue l’initiative d’Ubisoft de sortir un collector pour leur titre, bien que je serais toujours surpris de l’intérêt d’un collector « physique » pour un jeu 100% démat.

Le coffret contient :

– un code de téléchargement pour le jeu (logique)

– Un poster conçu par Yoshitaka Amano

– Un artbook de 24 pages

– Un DLC de Custom pour Aurora

– Un DLC Golem (personnage jouable exclusif au collector).

– Un porte clé lumineux Igniculus

Un tout petit collector donc, à un prix tout aussi mini, en effet le jeu seul en démat est dispo pour 14.99€, et le collector « physique » pour 5€ de plus, soit 19.99€. A ce prix, il n’y a pas de question à se poser.

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux connaissent mon aversion pour le 100% démat, étant de la vieille école, il est important pour moi de posséder ma version physique, d’ailleurs, les nombreux unboxing que vous pouvez retrouver sur le blog le prouvent. Mais j’avoue être totalement tombé sous le charme de cette nouvelle licence qu’est Child Of Light, et je ne voulais pas passer à coté de ce titre, quitte à passer du côté obscur de la force, et à acheter ma version full démat. C’est pourquoi je félicite Ubisoft pour cette bonne idée de nous proposer ce petit coffret à prix mini. Mes étagères apprécieront.

Cependant, seuls, les PC, PS3 et PS4 sont concernés par cette édition collector, pour nos amis Xbox seule la version full démat sera disponible sur les plateformes de téléchargement. Un choix bien étrange.

On se retrouve le 20 avril 2014, date de sortzi du jeu pour l’unboxing 😉

[Test] Volant Steelseries SRW-S1

J’ai reçu il y a quelques temps de la part de SteelSeries le volant Simraceway SRW-S1 pour test.

 

A première vue, ce volant est assez impressionnant car il ressemble à s’y méprendre à un volant de Formule 1 (encore que je ne suis jamais rentré dans une F1 donc c’est juste mon ressenti). Sa multitude de boutons est assez impressionnante et on ne sait plus vraiment où donner de la tête (ou des mains plutôt), voyons s’il est simple d’utilisation.

N’étant pas un vrai fan de jeux de voiture, j’avoue que l’idée de tester un volant « m’impressionnait » un peu. Je ne suis pas habitué aux jeux de courses, et quand bien même lorsque j’y joue, la plupart du temps c’est avec une manette Xbox 360. J’ai bien entendu déjà essayé de jouer avec un volant mais rien à faire, ce n’est pas fait pour moi à priori.

De plus, je suis surtout un joueur console donc avoir un volant pour mon ordinateur, je voyais un intérêt plus que limité pour le test. Mais c’est sans compter sur l’ingénieuse idée de SteelSeries de proposer un jeu gratuit à télécharger, compatible avec le volant, j’ai nommé Sin Raceway. Le volant est bien entendu destiné également à d’autres licences plus connues du grand public comme Dirt 3, Need for speed, ou encore Formula 1.

 

Côté commandes, perso je suis plus habitué au volant de ma 207, sans commande au volant, donc assez déroutant au début. De nombreux boutons pour autant de réglages. Mais les boutons sont assez bien répartis sur le volant pour ne pas se mettre les pieds dans le tapis et ne pas appuyer sur le bon. Les commandes les plus utilisées sont les plus accessibles et les boutons les moins utilisés sont plus éloignés des doigts donc une assez bonne ergonomie. Toujours au niveau ergonomie, j’ai apprécié particulièrement la prise en main des poignées en caoutchouc douces au toucher et de ce fait très agréable pour la prise en main.

Côté technique, pour pousser un peu plus dans le réalisme, le volant change de couleurs à l’aide de diodes qui changent de couleur au grès des variations de régime du moteur. Assez pratique du coup pour changer les vitesses sans trop se prendre la tête.

Autre détail assez important, le volant est à détection de mouvement poussant encore un peu plus le réalisme de pilotage. Un coup de volant à droit et la voiture chasse à droite, comme le ferait bien évidemment une vraie voiture ^^

En conclusion, je vous rappelle que je ne suis pas spécialement un fan de jeux de course et que de ce fait, je n’ai certainement pas poussé le volant au fond de ses tripes. Je pense tout de même que ce volant est destiné aux passionnés et aux habitués des jeux automobiles. Pour des joueurs occasionnels comme moi, les commandes et les options sont peut-être un peu trop poussés, mais dans tous les cas cela change complètement votre façon de jouer.

Ca vous a convaincu? Vous pouvez retrouver ce volant chez notre partenaire AMAZON.

[Préco] Assassin’s Creed III – Freedom edition

Hier, j’ai failli, après moult et moult hésitations, j’ai enfin craqué !! Je viens de passer chez Micromania pour réserver ce hit de fin d’année : Assassin’s Creed III Freedom édition.

Pour être franc, je me fourni très peu chez eux, première raison : je préfère l’achat militant en petite boutique, bien que nettement moins bien achalandée. Deuxième raison : le service, difficile de trouver dans ces grandes enseignes, des totals passionnés, qui préfèrent vous proposer un ptit jeu spécial, plutôt que le dernier call of, dont le mec à cinq palettes de stock en arrière boutique. Bref je m’éloigne du sujet.
Je suis donc allé chez EscroMicromania, puisque ces petits malins sont les seuls, hormis Ubisoft eux mêmes à proposer la freedom édition !!

  • Un steelbook : celui-ci est différent de l’édition « Join or Die », car il est dessiné par Alex Ross, ce dessinateur est bien connu des lecteurs de Comics
  • La boite : Logique, mais celle-ci bénéficie d’un effet « malle » de toute beauté… plus d’info lors du déballage.
  • La figurine : Nos lecteurs les plus fidèles, connaissent notre amour pour les figurines. Ici, c’est Connor, le nouvel assassin.
  • Le Notebook George Washington :
  • lithographie : en exclusivité pour ce coffret.
  • DLC : Au nombre de 3, 2 pour le solo et un dernier pour le multi.

Inutile de préciser que ce coffret, d’ici les deux à trois mois de la sortie va vite grimper en terme de prix. Quand on regarde aujourd’hui les tarifs des collector AC II Black et White… les tarifs sont juste FOUS !!!  Micromania a juste communiqué que ce coffret est en édition ultra limité, mais, pas de numérotation…

Pour finir, je vous laisse avec la vidéo du gameplay, que les ptits gars de chez Ubisoft nous ont lancé lors de l’E3 !!

[Test] Tropico 4 sur Xbox 360

Qui n’a jamais rêvé de posséder sa propre île et y faire ce que bon vous semble ? Ya que moi ? Ah pardon… En tout cas si certains d’entre vous ont ce rêve et le gardent secret, sachez qu’il est réalisable grâce à Tropico . J’ai connu cette licence sur PC il y a quelques années, et cette fois j’ai eu la chance de le tester sur Xbox 360, pour le 4ème volet, et le deuxième sur console. Tropico 4 vous met à la tête d’une île que vous pourrez gérer comme bon vous semble. Vous êtes « tranquillement » au pouvoir mais c’est sans compter sur le peuple qui veut qu’on l’écoute. Qu’est ce que vous préférerez ? Jouer les dictateurs et imposer ses règles ? Ou bien jouer la diplomatie et instaurer une république ? C’est le challenge que Tropico 4 vous propose.

Le jeu

Comme je le disais, vous êtes propulsé à la tête d’une petite île que vous devrez faire prospérer. En tant qu’homme d’état c’est de votre devoir de faire évoluer votre pays et votre peuple. Pour cela, de nombreuses choses se présentent à vous. Tout d’abord, pour qu’un pays grandisse, il faut de la nourriture et du commerce. Commencez donc par créer des fermes pour nourrir le peuple (et créer des emplois au passage…) Leur salaire, ils le dépenseront dans des loyers car il faut bien qu’ils se logent ces gens là… D’ailleurs si vous ne faites rien, vous verrez très vite qu’ils se trouveront un logement vite fait bien fait… Si vous augmentez leurs salaires, ils pourront dépenser leur argent en loisirs, … Voici ce que vous propose Tropico 4 grossomodo. A la manière d’un Sim City vous êtes à la tête de votre ville qui s’enrichira (et vous par la même occasion car je vous rappelle que vous êtes une ordure à la base…) par l’industrie et/ou le tourisme.

 Graphismes

Graphiquement, on pourrait s’attendre à mieux pour un jeu récent… La vue de base n’est pas vilaine certes mais dès que l’on zoome sur un bâtiment ou un habitant, on voit que graphiquement c’est pas trop ca…

 Bande son

Vous êtes sur un archipel proche de Cuba dans les Caraïbes et vos différents conseillers ont un fort accent hispanique. Ce ton assez décalé donne une sacrée touche d’humour à ce titre. Les bruitages sont bien reproduits. Approchez vous d’une scierie, et vous pourrez entendre le bruit des scies couper le bois. Faites un tour sur un chantier et vous entendrez les coups de marteaux… Quant aux musiques présentes dans le jeu, elles vous prolongeront dans une ambiance salsa. Des musiques sud américaines viendront vous bercer durant la partie. Par contre, soit ya pas assez de chansons différentes, soit je jouais trop longtemps à chaque session car je retrouvais souvent les mêmes musiques…

 Jouabilité

Grâce au didacticiel, la prise en main est instinctive. Généralement réservé aux joueurs PC, ce jeu s’est très bien adapté aux consoles et les différentes touches de la manette sont bien utilisées pour le joueur.  La prise en main se fait toute seule et on a aucune difficulté de passer d’un menu à l’autre. Après il faut reconnaitre que c’est tout de même plus facile avec une souris et un clavier d’ordi. Mais pour une adaptation console, je trouve que le jeu ne s’en sort vraiment pas mal.

 Durée de Vie

Avec pas moins de 20 missions pour le mode histoire et un mode de jeu libre où vous faites ce que bon vous semble, vous avez de nombreuses heures de jeu en attente. Si comme moi vous souhaitez avoir une grande ville riche, vous n’êtes pas couchés… Surtout que face à vous, de nombreuses personnes souhaitent votre place… Et il faudra faire des compromis pour espérer plaire à tout le monde. La difficulté va en grandissant, les objectifs d’une mission à l’autre étant différents. Tantôt vous devrez vous enrichir grâce à l’industrie (transformer du sucre en rhum et vendre des bouteilles à prix fort par exemple…) tantôt c’est par le tourisme que vous devrez passer. De nombreux défis vous attendent

 Conclusion

Réservé tout de même à un public ciblé, ce jeu est un excellent divertissement. J’ai été bercé par les jeux de construction comme Sim City, Thème Park ou Constructor. J’ai été ravi de pouvoir rejouer à ce style de jeux qui est assez boudé des joueurs console, et des éditeurs également. Pour les fans du genre, c’est un excellent jeu qui vous prendra du temps à terminer. Son humour et ses défis m’ont conquis et je ne doute pas qu’il vous plaira également. Sortie le …, vous pouvez le trouver à 40€ maxi dans vos crèmeries préférées.

[Test] Dead island sur Xbox 360

En ces temps de crise que diriez-vous d’un peu de vacances au soleil, loin de tout, sur une île paradisiaque ? Ca vous tente ? Bon je vais vous parler d’un coin du globe qui devrait vous plaire… Si je vous dis soleil, sable blanc, mer bleue turquoise, fille et alcool à gogo… Bref que du bonheur… Par contre, je dois vous avouer un truc… Vous n’allez pas vraiment passer les meilleures vacances de votre vie… En effet, des zombies qui ne pensent qu’à vous manger la cervelle ont envahi l’île. Votre mission ? Vous en sortir vivant bien sûr et comprendre qui se cache derrière cette invasion…

 Le jeu

Au début de votre aventure, vous avez le choix parmi 4 personnages, chacun ayant des attributs qui leur sont propres. L’un est endurant, l’autre manie les armes tranchantes comme personne, un autre est un gros bourrin qui joue du marteau et enfin un expert en arme à feu. Vous avez l’embarras du choix, chacun y trouve son compte et votre aventure sera différente en fonction de ce choix. Dès lors de nombreuses quêtes s’offrent à vous au hasard des rencontres avec les différents survivants que vous pourrez croiser durant votre périple. Vous traverserez différents paysages comme le site balnéaire dédié aux touristes, la ville où résident les habitants, la jungle. Vous en verrez du paysage durant votre partie mais une chose les rassemble tout de même… les zombies. Le ptit, le beau, le laid, le gros…, tout, tout, tout, vous saurez tout sur les zombies…

 Graphismes

Les zombies ne sont pas très beaux mais en même temps, ce sont des zombies… On ne va pas leur demander de créer un défilé de mode ou un concours de Miss / Mister Zombie 2012. En dehors de cet aspect qui nous plonge bien dans l’ambiance, graphiquement c’est une tuerie. On se croirait vraiment sur une île tropicale. On prend du plaisir à mettre les pieds dans l’eau, dans un endroit calme au possible, et pour peu, on s’y croirait. On aurait même envie d’aller y faire un tour. Pour le coup, j’ai vraiment été bluffé par la qualité graphique du jeu.

J’ai tout de même une réserve quant aux différents bugs que j’ai pu constater. Un endroit tranquille, personne à l’horizon, et d’un coup on voit un zombie apparaitre devant nous… Sûrement le capitaine Kirk version zombifiée… !?!

Images et photos Dead Island

 

 Bande son

Au niveau sonore, c’est vraiment excellent. Ca grogne dans tous les coins, ya du zombie partout, et on le sait. Les bruitages des armes sont très bien faits, même lorsqu’elles sont modifiées. Mon katana électrique faisait un beau bruit de lame, puis un bon coup de jus à la Claude François. Côté musique, la musique d’intro est vraiment excellente, ensuite chaque zone a sa propre ambiance. Côté dialogues, j’aurais tout de même aimé des doublages français mais en VO ca claque bien quand même je vous rassure !!!

  Jouabilité

Jamais le tranchage de zombie n’aura été aussi simple. Le maniement des armes se fait tout seul, occupez vous de taper ce qui bouge et survivez. A la manière d’un FPS, vous déambulez sur l’île à la recherche de réponses (et de survivants), et vos armes sont vos meilleures amies. Deux façons de jouer s’offrent à vous. Celle où vos coups seront toujours donnés de la même manière, et l’autre plus compliquée, vous faisant jouer du joystick pour donner des coups dans différentes positions. La première est plus simple certes mais la seconde est quant à elle beaucoup plus jouissive. J’étais devenu un trancheur de tête hors paire. Sinon, rien de bien compliqué, on avance comme dans tous les FPS. Certains ennemis vous causeront certainement des soucis mais dans l’ensemble, je vous garantie que vous aurez des chances de survie.

Images et photos Dead Island

Durée de Vie

Parcourir l’île de fond en comble vous demandera un bout de temps tout de même. L’histoire principale n’est pas bien longue en soi, mais si comme moi vous souhaiter réaliser toutes les quêtes annexes, et explorer l’île à la recherche des meilleures armes, la durée de vie est plus que doublée. Et des armes sachez que vous en aurez un paquet à disposition. De la simple rame à la mitraillette, en passant par le couteau de militaire… Et j’en passe… Et si toutes ces armes ne vous suffisaient pas, sachez que vous pouvez également modifier vos armes. Un marteau qui envoie des décharges electriques par exemple… Ca fait mal à la tête, et en plus ca pique ^^ Autre arme à faire éventuellement, la grenade improvisée avec une canette. De nombreuses armes à tester en perspective et de nombreux membres à trancher en conséquence…

Conclusion

 Un excellent jeu, une excellente surprise pour moi, un coup de cœur même. Au niveau rapport qualité prix, on s’y retrouve forcément car on peut le trouver à bon prix et qui plus est, de nombreuses heures de bourinage vous attendent. Un jeu qui s’inspire de nombreux classiques ciné du genre, digne de Romero. Un must have croyez moi !!! La chasse aux zombies est ouverte…ou celle des survivants on ne sait pas trop…

Images et photos Dead Island